Jocelyn Lee

L’art et sa chair.

EXPOSITION « The Appearance of Things » par Jocelyn Lee jusqu’au 14 octobre 2018 au Center for Maine Contemporary Art, Rockland, États-Unis.

Natures mortes, portraits et paysages de « Appearance of Things », illustrent comment ces genres fusionnent : le corps devient un paysage, la nature morte un portrait, le lieu un être. Et la monstration du « monstre » n’est plus considérée comme une nudité coupable (« nuditas criminalis ») mais hédoniste en un renversement où la matérialité du corps et des choses prend une autre nature.

The Appearance of Things © Jocelyn Lee.

De telles photographies changent la donne des idées reçues. L’exercice de la beauté, sa quête deviennent un exercice très singulier. Et dans la grande foire de l’art contemporain ce travail affiche sa densité et sa sensualité. Il représente une révolte face à la pression des codes et la myopie hallucinée qu’elle engendre. La société se sent outragée par ce qu’elle considère comme une œuvre borderline. Mais les modèles « caucasiennes » (entendez « blanches ») que l’artiste met en scène font des pieds de nez à l’arsenal des stars adulées. Dès lors : « Imaginations mortes, imaginez encore », Beckett.

Image à la Une © Jocelyne Lee.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.