La Loi du Préau

La loi du Préau

Playlist du mois de novembre 2014.

La poésie, la prose, la littérature, la beauté et le sublime : des notions essentielles il est vrai, des idéaux de vertu et d’émancipation, vaseline intellectuelle avec laquelle nous caressons la mémoire de notre nation. Mais que vaut le combat des poètes ? Prendre le mal à bras le corps, lui faire face, le briser par la force du poing et hurler notre rage du lendemain ; ici résident le sens du combat, la victoire morale et le sacro-saint. Et malgré ces histoires qu’ils imaginent, ces fantaisies délicates et obscures qu’ils nous comptent avec tant de volupté, les intellectuels ne sont que des tueurs prohibés. Leurs paroles de prophètes mènent-elles encore les pulsions guerrières vers la victoire ? Rien n’est moins sûr, car ce ne sont pas les pages de nos livres qui saignent, et seule la poussière s’accumule sur les couvertures. Reste alors la réalité de la rue, la dureté du bitume sur laquelle ces paroles s’étalent, s’écrasent et s’installent. Du bruit, des insultes et des cris, voilà comment le rap français est souvent décrit. Et pourtant, dans ce dialecte hachuré, dans cette prose peu distinguée, réside l’écho du passé. Victor Hugo avait de la verve, un élégant charisme et ne comprendrait sans doute pas ce qu’éructe Kaaris. Rappeur civilisé contre auteur roi du duel. Leur différence était-elle si factuelle ?

Je fais partie de la classe intelligente. Cerveau, boulot, porno et sourire face à la déferlante. Je n’aurais aucun mérite dans une tranchée. Le combat ? Non, je ne préfère pas en parler. Je laisse ici la parole aux non-érudits qui, si je leur préfère le bon mot, gardent l’hégémonie du préau.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Killian Salomon

Rédacteur / Auteur

Be first to comment