Ashley Armitage

Loin du regard des hommes.

Ashley Armitage : “Taking Back What’s Ours”.

Pour ses séances de photographies Ashley Armitage invite ses amies ainsi que leur propres amies : elles boivent du café, mangent des pizzas, écoutent de la musique entre des « shootings » où les femmes sont saisies partiellement nues.

Il s’agit pour la créatrice de donner un point de vue féminin sur la vie intime des femmes. Aimer son corps – dit en substance l’artiste de Seattle – n’est pas facile car ce regard dépend d’une vision induite par une culture patriarcale et capitaliste. Celle-ci réduit le corps féminin à un objet et crée chez la femme un sentiment de doute et d’insécurité.

D’autant que l’histoire de l’art comme de la publicité « implique » une vision d’un corps parfait qui n’a pas forcément à voir avec le réel si bien que les femmes ont souvent l’impression de ne pas habiter leur corps et sont mal dans leur peau.

Ashley Armitage (2)

© Ashley Armitage

Les femmes ont toujours l’impression de se couler dans une narration masculine et d’être vues par le regard d’un « autre » qui voudrait les canoniser selon ses propres lois. Mais Ashley Armitage prouve que les femmes ne sont pas que des « muses » obligées de répondre à une beauté standard.

Avec son projet Taking Back What’s Ours, la « marginalisation » de fait qu’impose sur le corps féminin un regard masculin. L’artiste met en exergue des « imperfections » qui sont sensées tuer sinon l’amour du moins le désir. Il y a là toute une révision pertinente des idées reçues. Elle rappelle que chaque femme, telle qu’elle, est reste unique.

Photographie à la Une © Ashley Armitage.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.