Si le son est groovy, la neige est smoothie

Si le son est groovy, la neige est smoothie

Playlist du mois de janvier 2015.

Les fenêtres ouvrent enfin leurs yeux jaunes dans la nuit de cet hiver précoce, pointent leurs faisceaux sur la faune froide des hommes. Il fait sombre dehors, les rues sont glacées, l’on s’engouffre alors dans les halls, l’on s’entasse sous les porches. Une volée d’escaliers à monter, la neige qui se colle sur les toits, s’accumule doucement sur nos refuges bétonnés. Vivre ensemble, se concentrer dans une pièce, échanger des paroles réconfortantes, ouvrir quelques bouteilles, quelques verres pour inonder la steppe.

C’est tout ce que l’on demande ; de la chaleur humaine, de la langueur dans les regards, dans les corps qui s’unissent et se séparent. De la légèreté dans nos êtres, pour que l’on puisse se hisser au dessus de notre insoutenable pudeur. Serrer les uns contre les autres dans ces appartements bondés, charriant avec nous cette odeur de pluie, de flocons trop mouillés, étrangement gris. Et la tempête s’enclenche, échos des souffles extérieurs, présages des râles intérieurs. Plongés dans les remous de peaux qui se cherchent, de rire qui éclatent sans peur, l’atmosphère s’électrise, transpire les liqueurs. Respirations saccadées, les langues s’épaississent, dégagent une odeur, l’odeur du rythme, du déhanchement précis et correctement brisé. De la buée se forme sur les vitres, nos silhouettes se dessinent dans l’ouverture, découpées sombre et nettes par les phares des voitures. Regarde bien les flocons tomber, ils sont uniques eux-aussi, ils fondent, ensevelissent le monde sous lequel nous sommes encore prêt à danser.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Killian Salomon

Rédacteur / Auteur

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.