L’Auditorium Seynod 2018-2019 • 2e partie de saison

Saisissez le verbe, respirez le geste, risquez l’inconnu pour partager ensemble les multiples couleurs poétiques qui enchantent la saison de L’Auditorium Seynod.


Rallumer tous les soleils : Jaurès ou la nécessité du combat le 08 janvier 2019.

Le texte de Jérôme Pellissier mis en scène par Milena Vlach nous plonge dans la vie de Jean Jaurès dont nous suivons les combats, de l’Affaire Dreyfus jusqu’à son assassinat commis trois jours avant l’entrée de la France dans la Première Guerre mondiale. Rallumer tous les soleils : Jaurès ou la nécessité du combat n’est pas un texte uniquement tourné vers l’Histoire. Il entend enrichir notre compréhension du présent par des voix qui nous aident à (re)penser certaines grandes questions contemporaines comme celle de la place des citoyens pris dans des ordres politiques, économiques. Des fils sont également tendus vers des réflexions sur la laïcité, l’éducation, la liberté et les conditions qui peuvent mener à l’affranchissement intellectuel quand celui-ci peut être instrumentalisé sans même que l’on s’en rende compte.


Fred Soul le 31 janvier 2019.

Fred Soul a grandi en France au sein d’une famille de peintres et de musiciens. Initié à la musique dès son plus jeune âge, il a commencé par évoluer sur scène aux côtés de son père. Son univers musical est partagé entre les cultures et les instruments, entre la musique classique européenne et la rythmique des percussions orientales et africaines. Compositeur, improvisateur, il s’inscrit comme une passerelle entre le passé et le présent tout en tissant des liens entre les voix du monde. Dans son album, La comédie des silences, se retrouvent des couleurs et des sonorités multiples, il est une invitation tant au partage qu’au voyage intérieur.


Ombres sur Molière le 05 février 2019.

Fiction historique inspirée de la vie de Molière et de « l’affaire Tartuffe », ce spectacle mis en scène par Dominique Ziegler mêle plusieurs histoires en une. Il y a celle d’un artiste dont l’œuvre déclenche une censure politico-religieuse, celle d’un directeur de troupe de théâtre aux prises avec ses problèmes personnels et professionnels et celle de la condition des comédiens. Ombres sur Molière rend hommage au dramaturge qui n’a de cesse d’être joué et étudié. C’est aussi un prétexte à interroger la question de la liberté d’expression tout comme les rapports de pouvoir entre les artistes et les systèmes dans lesquels ils s’inscrivent.


Louis Winsberg Quintet le 07 mars 2019.

Louis Winsberg débute la guitare à l’âge de douze ans, avec des amis gitans, le groupe Los Reyes, devenus depuis les Gypsy Kings. Jazzman, tout d’abord connu comme cofondateur du groupe Sixun, il a par la suite développé son univers musical : un mélange sincère et innovant de jazz et de flamenco. Dans ses spectacles, guitares acoustiques, électriques et électro-acoustiques, guitares du monde et autres instruments customisés se rencontrent. Prenant la scène comme un vaste espace de liberté, le Louis Winsberg Quintet propose de s’évader à travers des notes puisées dans différentes parties du monde comme l’Inde, l’Andalousie ou encore le Maghreb.


Les Burgraves après Victor Hugo le 14 mars 2019.

La Compagnie Demain dès l’Aube, dirigée par Hugo Roux, est en résidence à L’Auditorium Seynod. Pour cette création, le metteur en scène envisage Les Burgraves de façon contemporaine. Partant de la pièce de Victor Hugo, il s’agit ici de transposer ce drame romantique en dialogue qui amène à questionner le pouvoir, le racisme, la religion, la fin de la civilisation ou encore la position de la femme dans nos sociétés.


Mondofoly le 05 avril 2019.

Conçu par La Fabrique des Petites Utopies, Mondofoly est un spectacle acrobatique, ludique et interactif. À la croisée des arts (théâtre, cirque ou encore magie), cette création se veut être indisciplinée. Mondofoly interroge et dénonce les dérives de l’économie mondiale, il est écrit avec des acteurs qui dansent pour raconter que les solutions sont devant nous, qu’il n’y a aucune fatalité, que l’humanité peut rester debout. Même si le monde est dans un équilibre fragile, Mondofoly nous laisse penser que l’optimisme et l’espoir sont toujours à notre portée.

Image à la Une © Thomas Bailly.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.