Antanas Sutkus

Hier et maintenant.

Antanas Sutkus, « Une subversion douce », Galerie Elizabeth Couturier, Lyon 1er , du 5 novembre 2015 au 10 janvier 2016.

Antanas Sutkus crée un pont entre hier et aujourd’hui, entre l’ex univers soviétique et le monde tel qu’il est : « le temps de la dictature communiste est révolu mais nous traversons une crise d’âme très profonde. L’art ne peut changer le système. Aux jeunes générations de prendre la relève » écrit l’artiste. En attendant il a témoigné. On se souvient de sa célèbre silhouette noire de Jean-Paul Sartre se découpant sur la dune de sable de Nida. Mais il a fait bien mieux comme témoigne l’exposition d’Elisabeth Couturier.

Antanas Sutkus (1)

Le photographe reste méconnu sans doute parce qu’il a travaillé presque exclusivement dans son pays d’origine : la Lituanie. Ses photographies en noir et blanc sont des prises poétiques, surprenantes et parfois  drôles du quotidien. En émane une forme d’étrangeté du quotidien. Une femme à sa fenêtre semble sur le point de basculer en tentant de voir ce que l’angle de sa rue cache. Proche de Dorothea Lange et Paul Strand plus qu’à Brassaï et Doisneau même si les deux derniers représentent pour lui se « frères d’armes » son œuvre reste une des plus originale du temps.

Antanas Sutkus (3)

A l’époque du soviétisme l’artiste ne s’est jamais plié au réalisme socialiste optimiste. Il en a payé le prix en ne pouvant exposer ses photos. Il a emmagasiné près de 500 000 négatifs : l’œuvre reste donc à découvrir. Sous forme de légèreté le regard s’y fait toujours profond, incisif. L’artiste y structure toujours le réel selon des angles imprévus sans la moindre concession au voyeurisme. Surgit une atmosphère de liberté et d’interrogation. La perfection arrête le flux du réel pour en souligner ce qui à la fois l’agrège et le désagrège au sein d’un art aussi libre, instinctif que savant et inflexible. Il apprend l’essentiel. A savoir comment tels des brebis affamées les hommes ne broutent que leur ombre.

Antanas Sutkus (2)

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.