Ducs des Alpes, le Théâtre des Princes, 1559 – 1697

Les riches heures des Ducs de Savoie.

EXPOSITION « Ducs des Alpes, le Théâtre des Princes, 1559 – 1697 » jusqu’au 23 septembre 2018 à l’Abbaye de Hautecombe, Saint-Pierre-de-Curtille.

À lui seul le lieu d’une telle exposition est exceptionnel : jouxtant l’abbaye cistercienne du XIIe siècle qui abrite la nécropole des Princes de Savoie et près de l’embarcadère, la grange batelière date de la fin du XIIe siècle. Classée Monument Historique, cette grange qui servait initialement à décharger les bateaux et à stocker les marchandises a été restaurée en 2007 par le Département de la Savoie, celui-ci y organise chaque année une exposition temporaire d’exception.

Cette année elle a pour sujet une grande – mais méconnue – page d’histoire de la Savoie à travers les fastes princiers et baroques de la Maison de Savoie au XVIe siècle. S’y découvre tout un art de l’ostentation des pouvoirs d’un duché qui allait devenir état et au moment où il était courtisé par les autres puissances européennes. Face à eux et en cultivant des rêves de royaume les Ducs créèrent une scénographie que l’exposition retrace en cinq temps ou théâtres.

Est racontée à travers des images la vie de la cour de Savoie. L’iconographie est tirée des collections du Département de la Savoie mais aussi de celles des Musées et des Archives d’État de Turin. L’exposition témoigne de l’esprit baroque de l’époque, des arts et des fêtes données au Château de Chambéry ou dans les palais turinois mais aussi de la guerre et des conquêtes qui obligèrent les Ducs à réfléchir à un art de la polémologie de montagne et des architectures de fortification.

Sur ces scènes les Ducs successifs brillent et font état de leurs fastes. L’exposition présente leur galerie de portraits : d’Emmanuel-Philibert qui permet à la Savoie de récupérer des territoires annexés par la France à Victor Amédée II qui ouvre au Duché l’accès à la royauté (Savoie-Piémont-Sardaigne).

Toute cette iconographie servait la gloire des ducs de Savoie : les vues idéalisées de leurs états proposent une nouvelle représentation du monde et du paysage alpin au sein d’un pays et d’une époque où la foi demeure le principal recours face aux guerres, disettes, pestes et rigueurs du climat.

Mais le visiteur sera aussi emporté par le « jeu de l’oie des ducs de Savoie » (divertissement favori du XVIIe siècle) et commandé à l’artiste Pierre David. À travers lui et au-delà des époques les Ducs de Savoie proposent au visiteur de lancer les dés et partir avec eux à la conquête de la couronne royale. Il s’agit de passer outre les épidémies, la prison du château de Miolans, d’aller à l’assaut des remparts de Genève ou de nouer les bonnes alliances matrimoniales pour espérer devenir roi.

Ce jeu de l’oie de l’exposition est inclus dans le livret d’accompagnement remis à chaque visiteur pour lui permettre de prolonger l’aventure. Que chacun « prenne » ainsi l’exposition selon « l’angle » qui lui convient : historique, ludique, géographique, cartographique. Mais dans tous les cas une telle visite n’aura rien de superfétatoire, bien au contraire.

Image à la Une © Département de la Savoie.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

1 Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.