Florence Chevallier

Poétique des espaces et des portraits.

BEAU-LIVRE « Les Fleurs, le Chien et les Pêcheurs » par Florence Chevalier, texte de Lucile Encrevé aux Éditions Bernard Chauveau.

Florence Chevallier crée des fables, des narrations allégoriques par les recompositions du réel que ses photographies proposent. Paysages, textiles, portraits créent des abîmes de couleurs et de formes là où tout devient signes à travers des recompositions.

Les Fleurs, le Chien et les Pêcheurs, vue de l’ouvrage © Florence Chevallier.

Au lieu d’explications pures et simples qui séparent de l’étonnement, Florence Chevallier nous rapproche de l’énigme. Elle sait confusément qu’être stupéfait par une œuvre d’art rend plus proche de la saisie de ce qu’on croyait jusque là incompréhensible.

Face à la rectitude d’un simple effet de surface, elle crée des étagements de plans colorés. Des volutes et des montages construisent l’en deçà et l’au-delà de l’espace. La vue s’y perd. Restent le suspens et l’interrogation que chaque photographie suggère.

Image à la Une © Éditions Bernard Chauveau.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.