Francofolies de Montréal 2015 – 13 juin – Félix Dyotte et la famille Chedid

La salle Wilfried Pelletier, théâtre à l’italienne de presque trois milles places, a ouvert ses portes samedi 13 juin aux artistes franco-fous que sont Félix Dyotte et les membres de la famille Chedid.

Félix Dyotte, c’est un garçon à la voix cajoleuse et envoûtante, quelque part entre Étienne Daho, Benjamin Biolay et Vincent Delerm. C’est aussi une plume délicate mise en valeur par des arrangements minimalistes sur scène (une guitare tantôt acoustique ou électrique, un clavier) et la voix aérienne de son accompagnatrice Eli Rose. C’est enfin un artiste aguerri puisqu’il participe depuis 1997 à divers projets au sein de la scène québécoise et n’a publié son premier album personnel qu’en mai 2015. De la chanson simple et bien faite, mélancolique parfois, séduisante quoi qu’il en soit.

Félix Dyotte – Avalanches

La soirée s’est poursuivie avec la famille Chedid, qui comporte quatre musiciens : Louis, Matthieu (M), Anna (Nach) et Joseph (Selim). Chacun a son répertoire et ses projets, mais ils ont décidé de jouer tous ensemble les chansons des autres. Cela donne une soirée riche en émotions, où les grands succès ( T’as beau pas être beau, Qui de nous deux) côtoient des chansons moins connues du répertoire de chacun, notamment pour Joseph et Anna, qui ont sortis leurs premiers albums en 2014 et en 2015. Tous multi-instrumentistes, ils s’échangent les instruments et les rôles, donnant à chaque chanson un relief particulier, entre rock puissant et intimité de la formule guitare-voix. La sauce prend dès les premières secondes grâce à la voix chaleureuse d’Anna. Le public le sent, cette famille s’aime. Le patriarche se fait discret face à sa talentueuse progéniture ou endosse avec humour le costume séducteur le temps d’un Machistador (M). Finalement, il s’agit plus d’un album de famille que d’un spectacle : Matthieu raconte des anecdotes sur sa grande sœur, sa mère et ses grands-parents avec pudeur. Ils nous invitent le temps d’un soir dans leur maison faite de rires et de chansons. C’est doux, chaleureux, on s’y sent bien. Les Québécois ont Céline Dion pour trésor national, nous, on a les Chedid. C’est précieux.

On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime

La famille Chedid – Egoman

 © Photographie : VDL.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.