Lara Gasparotto

L’ennui.

EXPOSITION « Come Dawn to Us » par Lara Gasparotto jusqu’au 06 mai 2018 dans le cadre du Festival Circulation(s) au 104, Paris.

À la tentation du raffiné Lara Gasparotto préfère l’épure d’un langage photographique qui nous ramène dans l’ici-bas de notre inconscient où s’ébrouent les multiples avatars de nos désirs et de leur revers. Toutefois la photographe a compris aussi qu’il ne faut jamais rechercher le prétendu marbre de l’identité supposée mais sa terre friable : celle qui fait face dans le réel comme dans l’illusoire au sein d’un jeu de piste dont on connaît ni le point de départ ni celui d’arrivée.

Bref la photographie, la « vraie », ne mène pas où l’on pense accoster. Et Lara Gasparotto descend, descend, elle n’a pas peur que la terre lui manque et ne craint pas sa force de gravité. Ses photographies gardent une vocation fabuleuse : celle de faire reculer le chant des certitudes, de mettre une grâce dans les pesanteurs voire dans « la laideur ». Elles surgissent de la pénombre afin de toucher quelque chose de fondamental. L’être s’y découvre en des images sourdes. L’artiste n’oublie pas que l’image vient toujours d’en bas : à savoir de la façon dont les pieds sont posés sur le sol et ses flaques ou de la façon dont l’être est assis.

Image à la Une © Lara Gasparotto, Comme Dawn to Us.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment