Pippo Delbono – Le Grand Format

Du 07 au 11 mars 2017.

Pippo Delbono est un ours humaniste. Géant de la scène contemporaine internationale, il livre une bouleversante intimité. Le Grand Format proposé par Bonlieu Scène nationale Annecy est un temps fort durant lequel le public est invité à plonger dans l’univers de cet artiste avec au programme : des spectacles, du cinéma et une exposition.

Décryptage.

La semaine commencera par La Notte, une libre adaptation de La Nuit juste avant les forêts de Bernard Marie Koltès. Après Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang en 2012, Pippo Delbono s’empare à son tour de ce monologue en le mettant en résonnance avec la guitare de Piero Corso. Dans cette performance / spectacle-concert, la poésie des mots est mise à nu dans un théâtre de la solitude, de la révolte et de l’amour.

Le Grand Format se poursuivra avec Amore e Carne, une autre rencontre entre les mots et le violon d’Alexander Balanescu dans lequel il a entendu « le chant d’autres vies, des exils, des orgueils d’un peuple, le chant d’une terre belle et amère : la Roumanie. ». Pippo Delbono a une relation charnelle avec la musique, elle lui parle, est une partie vitale de ses créations et se mêlera ici aux paroles de Pasolini, Rimbaud, Whitman ou encore Eliot.

Le troisième spectacle à découvrir est Vangelo qui débute par les paroles de l’acteur et metteur en scène confessant que l’origine de cette pièce a pris forme lorsque sa mère, peu de temps avant sa mort, lui avait demandé : « Pippo, pourquoi tu ne fais pas un spectacle sur l’Évangile ? Pour donner un message d’amour avec un spectacle de toi. On en a tellement besoin en ce moment. » Avoir été élevé dans la tradition catholique, avoir des croyances, avoir la foi, aimer son prochain, tendre la main, qu’est-ce que tout cela signifie aujourd’hui ? Pouvons-nous encore croire qu’il reste une part de notre humanité à sauver dans ce monde où toutes les sortes d’injustice ne font que s’accroître ? La réponse de Pippo Delbono est un cri d’amour, un voyage chorégraphique dans le monde de l’Évangile.

Également cinéaste, ce Grand Format sera l’occasion de profiter de la projection de quatre de ses films, dont son dernier documentaire réalisé avec des réfugiés qui interroge à la fois notre bien commun, la solitude ou le besoin de l’autre. En prise directe avec Vangelo, Pippo Delbono s’interroge sur le fait de savoir si « cette création n’était pas un prétexte pour se rapprocher d’eux ? ».

Accessible tout au long de la semaine, l’exposition Ma mère et les autres détourne les codes habituels d’une installation afin de privilégier les sens. Dans le décor de son univers très personnel, Pippo Delbono guide le visiteur par sa voix en l’amenant sur un parcours en trois lieux (le réfectoire d’un hôpital psychiatrique, une chambre noire et les chambres de Bobò).

Paroles de.

Nous avons demandé à quelques personnes de partager leurs sentiments vis-à-vis de Pippo Delbono à l’approche du Grand Format, place à leurs paroles…

Ludovic, 40 ans.

Mon premier spectacle de Pippo Delbono fut Dopo la battaglia en 2014. J’ai été marqué par la danse, la couleur rouge, Bobò et j’en garde le souvenir d’une belle liturgie païenne. C’est un artiste à découvrir, lui et sa troupe atypiques, généreux, dérangeants, dérangés !

Jérôme, 30 ans.

J’ai connu Pippo Delbono avec Dopo la battaglia mais j’ai l’impression de connaître ce bonhomme depuis toujours parce que je l’ai d’abord découvert dans ses écrits, puis dans son travail au cinéma et des captations de spectacles. Il est à un endroit majeur dans la direction que peut prendre la scène contemporaine, dans le lien entre fiction et réalité… Il est sans doute un peu enfant d’Artaud. Il envoie tant d’humanisme que la sensation que procure ses spectacles est inédite, on a juste envie de prendre son voisin dans nos bras, de pleurer dans le silence, de crier seul sous l’eau dans une piscine. Il est tellement sincère que l’on ne peut que l’être avec nous-même, si ce n’est à la sortie, au moins pendant la représentation ; et voir du Pippo Delbono, ça peut changer une vie.

Rémi, 25 ans.

J’ai découvert récemment le travail de Pippo Delbono avec Vangelo. Ce spectacle m’a marqué car il est arrivé à me transmettre un message d’amour tout en me faisant traverser un grand nombre d’émotions différentes. Je conseillerais ce beau et grand format à toute personne qui souhaiterait être touché au plus profond de lui. Personne ne peut être insensible à une telle grandeur et générosité !

Retrouvez tout le programme du Grand Format de Bonlieu Scène nationale Annecy consacré à Pippo Delbono du 07 au 11.03 à ce lien.

Photographie à la Une © Luca Del Pia.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.