Pippo Delbono

L’instinctif.

Une des figures les plus importantes de la scène théâtrale contemporaine, il est un démiurge, un génie, un maître mais surtout un humaniste qui s’offre au monde dans ses créations.

Quelles sont vos principales influences artistiques ?

Pina Bausch m’a énormément encouragé, nous étions très amis. C’est une artiste qui a tracé sa voie en suivant son intuition, elle a complètement déstructuré la narration. D’autres ont suivi le même chemin ; elle a beaucoup inspiré. En littérature, je suis marqué par des poètes comme Antonin Artaud ou Arthur Rimbaud – des visionnaires qui mêlaient une extrême lucidité et une douce folie.

La folie vous inspire-t-elle ?

La folie peut amener la souffrance. Ce qui est intéressant c’est qu’il y a en elle de la contradiction, des détails, il est possible de voir mille couleurs pour une chose.

On ne peut pas voir l’espoir avec des couleurs simplifiées comme on ne peut pas faire de théâtre sans texte. Les paroles prononcées par des personnes vont parler à tous, à des analphabètes, à des gitans, à des africains qui vont mourir en mer, à des gens qui parlent arabe, à des êtres humains, sans qu’il n’y ait d’ancrage sur un territoire. C’est en cela que la parole est universelle.

Le théâtre est-il un acte politique et social ?

Tout ce que l’on fait est évidemment politique et social mais aussi spirituel. Il faut être dans le présent et savoir écouter les maux de son temps. Mon théâtre et mon cinéma sont là, ici et maintenant. Ils peuvent dire des vérités qui font peur, mais la parole caractéristique de mon art est la vérité, c’est la conscience.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Êtes-vous quelqu’un de polémique ?

Je ne suis pas polémique pour être polémique, mais pour être lucide. En France, il y a évidemment des problèmes, mais ce pays a la capacité de créer des zones de culture ouvertes.

Par exemple, mon cinéma a reçu des prix remis par des auteurs, des personnes suivent mon parcours de liberté. En Italie, c’est beaucoup plus complexe. Les théâtres sont de plus en plus fermés, l’art est enfermé dans des zones de médiocrité.

Cette période de troubles ne serait-elle pas bénéfique pour les créateurs ?

En Italie, il y a beaucoup de personnes qui font des choses. Le problème vient des producteurs et des diffuseurs car peu prennent le risque de programmer des créations sans avoir de garanties. Ils veulent savoir par avance combien il y aura de spectateurs ou combien d’argent ils pourront gagner. C’est une maladie totale.

Êtes-vous contre les idées ?

L’idée est un concept plutôt important, elle ouvre la sensibilité mais nous ne pouvons pas la diriger. Dès que l’on nomme une idée, elle commence déjà à mourir. Il faut rester totalement ouvert à la vie pour avoir des possibilités que l’on n’imagine même pas. L’art se rapproche de l’univers, du mystère. C’est pouvoir se mettre dans un lieu dont on ne sait rien, c’est aussi pouvoir se reconnecter avec l’histoire du monde. Il faut lancer le désir le plus loin possible de façon à ce que le jeu nous accompagne jusqu’à la mort pour qu’il puisse dépasser notre culture, notre profession, nos références. Je n’appelle plus cela l’idée mais l’illumination, l’intuition de quelque chose de plus grand.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Quel est votre rapport au corps ?

Le corps porte en lui une vérité différente, importante et profonde. J’ai besoin de lui dans mon travail. Quand je vois Bobo, acteur sourd et muet, qui ne peut parler qu’au travers de gestes, de détails, je trouve cela extraordinaire. Sa façon de communiquer est la seule possibilité pour lui donc chaque petit détail devient fondamental. Le geste est nécessaire, il devient poétique mais ne suit pas forcément une logique. Il faut être attentif pour comprendre qu’il existe d’autres façons de regarder la beauté.

Existe-t-il une morale du corps dans la religion ?

Je ne vois pas la morale du corps dans la religion, elle a trop divisé l’esprit et le corps. La religion est une projection de l’esprit, pas du corps. Même si parfois je m’arrête un peu, je pratique le bouddhisme depuis des années. Il me permet de me mettre à l’écoute de l’univers, de l’inconnu. C’est en soi que l’on trouve la chose que les hommes, les femmes et les enfants possèdent : l’art. C’est un bien fragile qui peut nous apporter des réponses.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Comment définiriez-vous votre relation avec la musique ?

J’ai une relation charnelle avec la musique, elle me parle. J’ai fait toutes sortes de concerts, chantant de la pop, de la musique traditionnelle ou jouant de la guitare. Quand je chante, je suis dans un rythme, un tempo, dans une vérité de construction. La musique est une partie vitale de mes créations.

Votre travail suit-il un rythme ?

Le rythme est fondamental, tout est question de rythme. L’univers, le soleil sont autant de rythmes. Après tout, qu’est-ce que l’art ? Quelle est sa musique ? Quand je crée un spectacle, je dois trouver son rythme, sinon je suis perdu. Le rythme n’est pas seulement musical, il est aussi lié aux images, aux couleurs, aux mouvements des corps, aux paroles et au public. Tout est dans la composition, comme un orchestre, pour arriver à un équilibre. Quand tu es dans un rythme, tu te perds, tu t’abandonnes, tu es aussi avec les autres. J’ai besoin des autres pour voir un film, pour vivre le théâtre.

Quel serait le bruit correspondant à votre processus de création ?

Pour moi le bruit c’est le silence ; le silence est comme une page vide. J’aimerais faire un spectacle ou un film tout en silence comme une mélodie qui plongerait le spectateur dans un silence musical.

Photographie à la Une : Pippo Delbono © Luca Del Pia.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Antoine Guillot

Directeur de Publication / Auteur / Metteur en scène

1 Comment

  • […] Pippo Delbono est un ours humaniste. Géant de la scène contemporaine internationale, il livre une bouleversante intimité. Le Grand Format proposé par Bonlieu Scène nationale Annecy est un temps fort durant lequel le public est invité à plonger dans l’univers de cet artiste avec au programme : des spectacles, du cinéma et une exposition. […]

Leave a Reply