Kourtney Roy

Cinéma muet.

Kourtney Roy, « Northern Noir », Éditions La Pionnière, 49€, 64 pages & Exposition collective « American Dream (revisited) » à la Galerie Catherine & André Hug. Paris jusqu’au 04 mars 2017.

L’héroïne de Northern Noir semble coupée du monde, en sa solitude. Elle rêve sans doute de vivre comme le reste d’une peuplade perdue dans le temps lui-même. Bien plus encore qu’au sein de l’espace c’est en effet dans le temps que le personnage que l’artiste interprète joue est désemparé. C’est comme s’il fallait se séparer de l’histoire afin d’atteindre un « temps pur » qui n’appartiendrait qu’à « l’actante ». Un temps sans conscience, un temps des premiers êtres. Mais tout reste en suspens.

© Kourtney Roy.

© Kourtney Roy.

On ne sait si la traque ou la fuite tient à une histoire policière ou une histoire d’amour. Mais le filtre contre la réceptivité organisée, l’hospitalité sociale ne sont plus de mise. Au centre de son dispositif photographique, l’artiste pourrait sembler « fleur bleue ». Mais tout se transforme en culpabilité, ratage ou en omission. L’artiste canadienne photographie ainsi contre un vide majeur qu’elle même agence : ça a un nom. C’est l’existence. Toute une mémoire, réelle ou imaginaire y est engagée.

Photographie à la Une © Kourtney Roy – Éditions La Pionnière.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment