Les Éditions de l’épair

Trois femmes, Sandy Berthomieu, Cynthia Charpentreau et Soraya Hocine, se sont réunies autour de leur passion commune pour la création en montant une maison d’édition indépendante. Les Éditions de l’épair accueillent des démarches photographiques et littéraires où les regards sensibles se croisent et se complètent.

Rencontre avec Sandy Berthomieu, une des cofondatrices.

Fonder une maison d’édition est une aventure à la fois folle et ambitieuse, pourquoi cette création ?

En effet, se lancer un tél défi est une aventure vers l’inconnu, mais aussi vers la découverte, la liberté, le partage… Tous les éditeurs ont cette envie et ce brin de folie ! Malgré tout, nous sommes trois dans cette création et cela est un véritable atout qui a permis de lancer la création d’une maison d’édition associative. Nous avons conscience que c’est une prise de risque mais c’est aussi cela qui nous stimule. À travers cette création, nous souhaitons avant tout défendre la création contemporaine. L’édition (livre et autre objet éditorial) nous semble un excellent support pour partager les visions de notre monde actuel et les réflexions des artistes d’aujourd’hui.

Votre ligne est dédiée à la photographie et à la littérature contemporaine, pourquoi ces choix et pouvez-vous nous en dire plus ?

La photographie est notre médium de prédilection. Naturellement, l’écriture est venue compléter notre approche de la création. Nous souhaitons créer un dialogue entre l’image et les mots, entre un photographe et un auteur afin de révéler un monde vu en transparence, comme l’épair du papier observé à travers la lumière. Le livre est un prétexte pour aller au-delà de la surface, c’est un objet de création où les pratiques peuvent se rencontrer, se rejoindre, parfois se confronter, dialoguer et aussi expérimenter. Notre rôle d’éditrices est d’accompagner ses expériences.

Quel est votre parcours ? Et celui de vos cofondatrices ?

Nous avons toutes les trois empruntées des chemins différents mais finalement notre passion pour la création contemporaine nous réunie. Pour ma part, j’ai un parcours axé sur la théorie des arts que je poursuis actuellement en doctorat d’esthétique, je suis critique d’art et coordinatrice de projets culturels. De formation en art-textile, Cynthia Charpentreau est devenue photographe, elle manipule en particulier les procédés anciens. Sa démarche artistique est sensuelle, elle joue des reflets et des matières proposant des images organiques frôlant l’abstraction. Soraya Hocine est elle aussi artiste photographe ; l’onirisme, le conte, la mémoire, la fiction sont des thématiques très présentes dans ses images. Elle a réalisé plusieurs expositions en France et à l’étranger.

Nous sommes autodidactes dans le milieu du livre, malgré tout nos expériences sont complémentaires et un point d’appui important pour cette maison d’édition. Nous apprenons tous les jours !

Vous publiez en 2018, deux premiers ouvrages, de quelle manière s’est faite la rencontre avec les auteurs et de quelle manière travaillez-vous avec eux ?

Une maison d’édition est un travail d’équipe. Nous sommes à l’écoute de chaque intervenant pour nos projets. Évidement l’artiste et l’auteur sont au centre de nos préoccupations afin de connaître au mieux leurs attentes et leurs intentions artistiques. Dans la démarche d’édition, nous sommes également très attentives aux conseils d’un imprimeur, aux idées d’un graphiste ainsi qu’aux remarques d’un libraire. Nous échangeons régulièrement pour discuter des avancements, le projet évolue au grès des contraintes techniques par exemple. Il se perfectionne jusqu’à la production finale.

Le hasard des opportunités fait que nos deux premières publications impliquent les œuvres de Soraya Hocine. Malgré tout, le rôle d’artiste et d’éditrice est bien distinct. C’est un cas particulier associé à cette année de lancement. Pour nous, c’est un cadre de travail favorable et l’occasion de nous familiariser avec toutes les étapes d’édition.

À l’avenir, nous contacterons les artistes et auteurs dont le travail correspond particulièrement à nos projets. Par ailleurs, nous avons déjà reçue plusieurs propositions que nous allons étudier minutieusement.

Nous proposerons dans un premier temps à l’artiste photographe de nous proposer un auteur avec lequel il aimerait collaborer. Nous amènerons aussi nos idées ! Nous avons chacune un réseau d’auteur, qu’il soit écrivain, essayiste, poète, romancier, dramaturge… Certaines associations sont évidentes comme pour « La clé des songes de l’espace interdit ». Soraya Hocine et l’auteur Lancelot Hamelin étaient en résidence à l’hôpital François Tosquelles (Lozère) et ont pensé ce projet ensemble. Le rêve étant un terrain de recherche qu’ils ont en commun depuis longtemps… Nous avons aussi pour idée de faire se rencontrer des artistes qui n’ont peut être pas au premier abord de connexion mais qui peuvent ouvrir et enrichir le travail de chacun.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la publication à venir prochainement Metamorphosis ?

Metamorphosis est un ouvrage coup de cœur à travers lequel la maison d’édition est née. Six familles vivant dans le département de la Lozère ont participé à cette création en ouvrant généreusement les pages de leurs albums photos à l’artiste Soraya Hocine. La qualité de ces images est remarquable et le contenu est riche. Il y a notamment des portrait en pose longue datant de plus d’un siècle et cela va jusqu’aux tirages colorés des années 1980. Au-delà du témoignage historique ou documentaire, ce livre est une interprétation artistique et plastique de l’imagerie familiale. En studio, l’artiste vient délicatement apposer des papillons, des scarabées, des cigales… sur ces personnages. Tel un masque, une nouvelle histoire se raconte ! Ce livre est à la fois empreint de poésie et de tendresse et en même temps d’un sentiment d’inquiétante étrangeté et de fascination.

Pour accompagner la subtilité de ce travail plastique, la préface de Christine Ulivucci, psychanalyste transgénérationelle reconnue, apporte un regard aiguisé à cette histoire hybride du passé au présent.

Ce livre est actuellement en précommande (à un tarif préférentiel de 26€, parution fin juin).

Metamorphosis > Bon de souscription.

Quels sont vos « rêves » et « ambitions » présents et futurs ?

Dans l’immédiat, nous avons hâte de tenir entre nos mains nos premiers ouvrages et pouvoir enfin rencontrer le public. Nous avons à cœur de défendre les artistes que nous éditons, nous souhaitons que les Éditions de l’épair s’enrichissent de formes photographiques variées et toujours inédites dans le dialogue entre photographe et auteur où les images et les mots résonnent. Pour la suite, nous ne manquons pas d’idées et espérons de belles découvertes pour développer cette aventure qu’est la création d’une maison d’édition…

Image à la Une © Éditions de l’épair.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

1 Comment

  • Répondre mars 8, 2018

    morrishathaway

    Does it also annoy you that Pokemon go through « evolution that is actually text-book metamorphosis? That always bugged me. In some cases, it »s literally a larval caterpillar becoming a chrysalis, then a butterfly that »s metamorphosis, not evolution!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.