Regards posés sur les hammams de Tunis

Regards posés

Les hammams de la Médina de Tunis révèlent leurs secrets lors d’une exposition qui se tient du 11 au 26 juillet 2014 au musée de la ville de Tunis, Palais Kheireddine.

« Regards posés sur les hammams de la Médina de Tunis » est une exposition photographique inédite qui se tiendra à l’initiative de l’association L’MdinaWel rabtine – Actions citoyennes en Médina, en partenariat avec la Maison de l’Image et avec le soutien de l’Institut Français de Tunisie et de l’Ambassade de Suisse. L’exposition réunit les œuvres de 19 photographes tunisiens et européens, professionnels et amateurs, et donne à voir la réalité d’un patrimoine en péril. Il s’agit de Mohamed Amine Abassi, Sophia Baraket, Aglaé Bory, Hamideddine Bouali, Marianne Catzaras, Mahdi Chaker, Nesrine Cheikh-Ali, Chehine Dhahak, Rania Dourai, Hichem Driss, Arnaldo Genitrini, Pol Guillard, Yassine Hakimi, Max Jacot, Arthur Perset, Jacques Pion, Anna Puig Rosado, Aziz Tnani et Patricia Triki. Introduits par l’association, les photographes ont eu accès à un ou plusieurs hammams, en activité ou abandonnés, souvent peu connus du grand public, et dont certains remontent au moyen âge.

Jacques Pion a participé à la résidence « Regards Posés » sur les derniers hammams de la médina de Tunis. Il participe aux côtés des 18 autres photographes de talents tunisiens et européens à l’exposition immortalisant ce patrimoine exceptionnel.

Jacques Pion a participé à la résidence « Regards Posés » sur les derniers hammams de la médina de Tunis. Il participe aux côtés des 18 autres photographes de talents tunisiens et européens à l’exposition immortalisant ce patrimoine exceptionnel.

Hammam Ermimi - Jacques Pion

Hammam Ermimi – Jacques Pion

Les 114 images sélectionnées tirent de l’oubli un patrimoine riche et méconnu et nous font redécouvrir l’architecture diversifiée de ces hammams ainsi que les usages, les mythes et les rituels ancestraux qui peuplent l’imaginaire collectif. A l’heure où le phénomène de dégradation de ces bains semble s’accélérer, le projet photographique cherche à combler le vide iconographique des hammams de Tunis et  plaide pour une protection vigilante et une sauvegarde créative. En effet, sur les 50 hammams historiques signalés au XIXème siècle dans le cahier des taxes municipales (Kharruba) et cartographiés en 2013 par l’association, seuls 26 hammams ont pu maintenir leur activité. 17 ont été détruits et 7 autres sont fermés. Selon les membres de l’association, des entretiens approfondis avec les propriétaires, gérants et personnels des hammams ont mis en exergue les difficultés majeures et les obstacles nouveaux grevant leur activité dont les charges élevées d’entretien et de chauffage ainsi que la transmission du métier et du savoir-faire aux jeunes générations. Cela laisserait présager la disparition de ces lieux historiques pendant la prochaine décennie.

L’exposition « Regards Posés. Hammams de la Médina de Tunis » alimentera une banque d’images ainsi que divers projets d’édition, de communication et de plaidoyer pour sensibiliser les décideurs et le grand public à la valeur indéniable de ce patrimoine et à la nécessité de le sauvegarder. Ce projet photographique s’inscrit dans une initiative globale de valorisation des hammams, comprenant des interventions multiples s’appuyant sur l’engagement des habitants de la Médina : prise de connaissance des techniques de réhabilitation durable, renforcement des capacités de gestion, recherche, inventaire et information  des diverses parties prenantes, appui institutionnel, concertation citoyenne et mobilisation des médias.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association L’mdina Wel Rabtine et sur la page Facebook

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.