Roubaix, une lumière

PRESCRIPTION CULTURELLE • ON VA AU CINÉMA

FILM « Roubaix, une lumière » par Arnaud Desplechin le 05 octobre 2019 à 17h au Cinéma L’Auditorium Seynod, Annecy. Une projection suivie d’un débat animé par Alain Laplante pour Carnet d’Art.

Du vérisme dans le polar.

Arnaud Desplechin nous donne à voir un film noir et fiévreux qui sonde les âmes et nous met face au réel : celui d’un assassinat commis par un duo de jeunes femmes Claude (Léa Seydoux forte et mystérieuse) et Marie (amoureuse et fébrile) sur une vieille dame sans défense, leur voisine. Mais au-delà de ce constat c’est un trio qui va se mettre en place avec le commissaire Daoud (Roschdy Zem sublime de retenue et de charisme).

La recherche de la vérité dans un climat de détresse sociale est l’enjeu de ce polar d’un grand classicisme mais où la ville de Roubaix à la fois sombre et lumineuse devient le lieu central et l’autre personnage incontournable du film. Les interrogatoires serrés et continus du commissaire et de son adjoint vont faire s’ouvrir les lèvres et surgir les paroles d’un silence terrible.

Arnaud Desplechin qui a beaucoup travaillé à partir du documentaire de Mosco Boucault, Roubaix, commissariat central est un grand humaniste qui croit à l’éthique et qui mène ses personnages vers la vérité avec du doigté et de l’intuition. Il éclaire pour nous ce qui est opaque. Il permet au récit de se déployer et d’atteindre une dimension métaphysique de grande ampleur. Le jeu des acteurs y est précis, juste et d’une grande intensité.

C’est tout cela qui fait de ce film hors du commun et loin de ce que nous connaissons du polar une grande réussite et certainement l’une des plus belles du cinéaste.

Image à la Une © Le Pacte (distributeur).

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.