Shomei Tomatsu

Human land.

PHOTOS de Shomei Tomatsu.

Le photographe Shomei Tomatsu a choisi le parti-pris de l’existence et du réel. Toutefois son réalisme possède un sens particulier. Se mettant dans le regard des autres, il renvoie à ce qu’ils contemplent non sans humour et parfois volupté évanescente.

Les hommes rêvent de vivre dans les jupes des femmes et celles-ci dans les bras des premiers. Mais cet espoir n’est pas toujours au rendez-vous. Pour le « dire » le photographe nippon crée divers types d’angles de prise de vue et de plans.

Ikko Narahara (c.1956) Gunkan-jima, from Ningen no Tochi (Human land).

Dans un tel récit en fragments du réel, l’image suggère des hypnoses nées de la recherche de Tomatsu. Il ne tente pas de fracturer l’intime mais – par la bande – en dit beaucoup plus.

Les belles échappées sexuelles de diverses natures sont rares. Le corps est pris dans la matérialité du réel sauf quand un visage tombe en pamoison. Mais tout reste de l’ordre de l’énigme et le photographe module le contenu de certaines licences.

Image à la Une © Shomei Tomatsu, Eiko Oshima, Actress in the Film Shiiku (Prize Stock), 1961. Collection of the Tokyo Photographic Art Museum, Tokyo. Shomei Tomatsu –INTERFACE. Courtesy of Taka Ishii Gallery Photography / Film.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.