Yves Marcellin

Nuit américaine.

Yves Marcellin « Figures libres » du 27 février au 5 mars 2017. Galerie Corrado Bortone, Paris.

Portraitiste et plasticien Yves Marcellin glisse de l’expression figurative à une forme d’abstraction par la photographique et numérique afin de développer sa démarche créative. La couleur souvent monochrome permet de transformer l’image du réel. Elle glisse vers un autre univers d’émotion et de réflexion autant par les prises que leurs constructions.

Pour Figures libres, il a demandé à « Princesse Zamzam » de poser pour lui. Il lui confère statut d’icône par la modification des prises et en intégrant à la représentation du nu des éléments minéraux ou architecturaux sans pour autant faire diversion sur son modèle. Mais la photographie se transforme en un trompe l’œil de la plus haute ubiquité. Les éléments annexes au visage deviennent oratoires et couronnes, pompes en rien funèbres. La nuit américaine crée un accent dramatique ou intime. Elle borde la fièvre au moment où deux seins deviennent une pâte à pain ou la substance même du rêve en ce bleu torréfié, ce plasma volatil.

Photographie à la Une © Yves Marcellin.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.