Aqualand de Marilyn Minter

Marilyn Minter, Plush, Fulton Rider Editions, New-York, 2015

Les photographies de Marilyn Minter sont baignées (à tous les sens du terme) d’onctuosité et de brillance. L’intimité féminine s’y découvre selon une sorte de paix  qui n’est pas forcément de tout repos mais qui échappe à certaines emprises : entre autres celles du règne  des vanités masculines.

Les modèles (vues toujours de manière partielle voire sous effet de buée) refusent le servage. Leur présence est comme suspendue pour rejouer le monde loin des standards « mâlins ». Capitaines de leur bateau ivre, nul marin ne leur retirera leur titre de noblesse aux femmes. Et parfois l’éros rejoint une sorte de métaphysique par effet de « vitrail » mais sans pour autant que l’image serve à blablater sur l’indicible ou le baratter.

Aqualand de Marilyn Minter (1)

Dans le chassé-croisé de cérémonie simple ou secrète et en chaque image surgit la re-quête ou la reconquête de la féminité entière. Bouche, mains, pubis jaillissent en une poésie particulière et selon divers « averses ». Elles proposent des apories plus que des évidences. L’ambigüité règne mais de manière simple et naturelle par effet de vadrouilles et de suggestions.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

1 Comment

  • Avatar
    Répondre juillet 31, 2015

    Alain GB

    Bonjour
    Un petit message, pour vous signaler un oubli.

    « Elles proposent des apories plus que des évidence. »
    Un petit « s » ferait plus joli.

    Merci pour vos critiques, réactions qui m’apporte beaucoup.
    Alain

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.