Avec un long nez

Le pays où tout est permis.

LIVRE « Avec un long nez » par Yve Bressande aux Éditions Gros Textes.

Lire un tel grimoire d’un hiver gris est grisant. L’auteur devient un drôle d’oiseau : kiwi ou antipote il fait de l’anthésite des pensées admises un pissat d’orties. Le « je qui ça ? » n’y trouve plus ses marques mais c’est ce qui permet aux homoncules trop pluriels de devenir singuliers. Ici le « pot au laid » rend les reins beaux tant la poésie de redresse sur ses ergo sum.

Yve Bressande © Béatrice Brérot.

C’est aussi le moyen de passer des caps pour éviter le pire dans un singulier mélange entre une radicale extériorité aux choses et une sensibilité exacerbée à l’égard des relations qui leur sont socialement imposées. Chaque « aphorisme » propose une morale immanente. À la violence des idées reçues fait place un autre monde plus pinocchiesque. À mesure que le nez s’allonge le mentir devient vérité.

Image à la Une © Éditions Gros Textes.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.