Clock, les horloges du vivant

PRESCRIPTION CULTURELLE

Le temps et la science se donnent rendez-vous à La Turbine pour une exposition qui plonge dans les rouages des horloges du vivant.

Avec Clock, les horloges du vivant, la Turbine Sciences invite les publics à prendre le temps : celui que l’on peut prendre en famille, celui qui permet de découvrir une exposition autrement et celui qui fait ralentir le rythme tout en se laissant surprendre par la découverte et la compréhension scientifique.

Cette exposition, réalisée par ART’M Créateurs associés, est un projet d’envergure nationale qui présente les résultats de la recherche contemporaine sur les rythmes biologiques. Elle rassemble plus de soixante activités où le visiteur accède à des contenus scientifiques à travers des jeux et des expériences dans un parcours réparti en cinq thématiques.

Les rythmes dans le monde végétal.

Le monde végétal est très sensible aux variations relatives à l’ensoleillement, à la température ou encore à l’humidité. Les rythmes des végétaux doivent être synchronisés à leur environnement et sont perceptibles à différentes échelles de temps. Pour approcher ces notions, nous sommes notamment invités à rentrer dans l’horloge des saisons et toute la mécanique qui se déroule de la floraison à la fanaison d’une fleur par exemple. Il nous est également possible de nous demander « quelle fleur est-il ? » grâce à une horloge florale imaginée par Carl von Linné au XVIIIe siècle. Plus ornementale que fonctionnelle, celle-ci manque un peu de précision contrairement à l’observation des cernes d’un tronc d’arbre qui sont de véritables enregistreurs naturels à partir desquels les scientifiques peuvent reconstituer le climat à une époque donnée.

Les rythmes dans le monde animal.

Depuis les formes les plus simples du règne animal jusqu’à l’organisme complexe, la rythmicité chez les animaux est particulièrement visible à travers leurs comportements : mouvements du corps, reproduction, veille et sommeil. Du chant du coq à la vie nocturne de la chouette, en passant par les parades nuptiales ou les déplacements migratoires, nous sommes amenés à comprendre de quelle manière les animaux sont intrinsèquement liés au rythme de leur environnement.

Les rythmes du corps humain.

Véritable orchestre où s’entremêlent de nombreux rythmes, le corps humain abrite une multitude de fonctions biologiques. Certaines sont liées entre elles et s’autorégulent, d’autres sont directement liées à des facteurs environnementaux. Si le cœur est l’organe rythmique par excellence, il est toujours bon de se rappeler que les neurones de notre cerveau vibrent en permanence ou d’appréhender les mécanismes et les cycles de la reproduction chez les mammifères.

Les horloges du vivant.

Une des premières façons d’aborder le temps lié au vivant est celle de sa mesure pour laquelle l’Homme a depuis toujours conçu des instruments (cadrans solaires, clepsydres, horloges mécaniques, etc.). Depuis la cellule jusqu’à l’organisme entier, l’appréhension du temps qui passe est une notion aussi inconsciente que constante. Que se passerait-il si nous vivions pendant deux mois en étant totalement déconnectés de tout rythme extérieur ou si nous étions « mille pieds sous terre » en n’ayant plus aucune référence naturelle ? Autant de questions qui peuvent se poser quand nous accordons beaucoup d’importance au temps qui régule nos journées.

Cycles et rythmes de sommeil.

À une cadence journalière ou saisonnière, les fonctions physiologiques se mettent en sommeil. C’est un phénomène commun à l’ensemble des êtres vivants sur Terre. Ces ralentissements du métabolisme ont lieu à des moments précis dans le temps et sont composés de différentes phases, elles aussi rythmées. Dans la compréhension du fonctionnement de ces cycles sont notamment données « les recettes du bon dormeur » sans oublier « les bienfaits de la sieste ».

Clock, les horloges du vivant recèle encore bien des mystères qu’il est important de découvrir tout en prenant son temps ! L’exposition est visible du mardi au dimanche, de 14h à 18h.

Image à la Une © La Turbine Sciences.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

1 Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.