Deborah de Robertis : Marie et Marie Madeleine – Droit de réponse

Suite à « l’apparition politique » de Deborah De Robertis à Lourdes et suite à la publication de notre article, nous publions ici le droit de réponse de l’artiste.

Avec ce geste de mise à nu, j’incarne l’apparition de la Vierge avec mon corps de chair et de femme vivante. Pourquoi le miracle ne serait-il pas aujourd’hui qu’une femme puisse prendre la liberté de poser ce geste, sachant que dans certains pays, le même geste pourrait encore lui coûter la vie ?

Ce geste est un hymne à la vie, d’où le titre « L’origine de la vie », en référence à « L’origine du monde ». Si l’on observe attentivement nous pouvons voir que le dessin des plis du voile de certaines vierges imite parfaitement les formes du sexe féminin.

Dans les religions monothéistes, Marie est le modèle féminin le plus emblématique, le plus représenté, le plus connu et donc le plus exploité. En effet, la représentation humaine et donc féminine est très rare dans les autres religions monothéistes. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’incarner la Vierge Marie qui, au delà de sa dimension religieuse, est l’une des femmes les plus connues au monde.

Mais, en réalité par cet acte j’ai aussi incarné Marie Madeleine, une femme libre et une autre figure emblématique qui a été diffamée, invisibilisée et dont l’image a été déformée car « trop » incarnée et « trop » sexuée. Elle n’a été reconnue et réhabilitée que depuis deux ans comme « apôtre des apôtres ». Marie quant à elle, parce qu’elle est « asexuée » dans les textes, ne représente que partiellement la femme. Par mon geste je souhaite les réunir et revenir à l’unicité de la femme.

Il en est de même pour les femmes dans l’art et dans la société en général. Elles ne sont jamais reconnues immédiatement et pour la plupart elles sont exclues de l’Histoire. Il est temps ! La figure de Marie à Lourdes, est au fond aussi exploitée que le visage de la Joconde au Louvre. À Lourdes la Vierge est adulée mais aussi utilisée comme la « poule aux œufs d’or ». C’est elle qui est le pilier économique de la cité mariale. Comme la Joconde, on la retrouve sur des tasses, des t-shirts et des porte-clefs.

Comme le sexe féminin de « L’origine du monde » qui attire les touristes et remplit les caisses du musée d’Orsay, la représentation de Marie attire les pèlerins du monde entier. Que se passerait-il si l’on inversait les rapports de pouvoir, si la statue de la Vierge s’incarnait en femme réelle pour reprendre possession de son corps? Que se passerait-il si la femme dont le sexe a été peint par Courbet s’incarnait pour sortir du cadre et utiliser l’institution à son avantage et pour son émancipation et non l’inverse ?

En incarnant les modèles féminins, mon propos est de les libérer du cadre dans lequel ils sont figés et inverser ainsi le point de vue à partir du regard des femmes, et cela sur le plan historique, politique et artistique.

Deborah De Robertis, le 04.09.2018.

Image à la Une © Capture d’écran Instagram @deborah_de_robertis offical

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.