Deborah de Robertis : Marie et Marie Madeleine

Se transformant en Vierge Deborah De Robertis a voulu dissiper un des visages divins qui produisent des hécatombes les certitudes. Nue devant la grotte de Lourdes l’artiste en fut rapidement éloignée manu militari et une plainte a été déposée.

À sa manière elle voulait proférer un immense alléluia mais elle fut taxée de manipulation cherchant à dégommer la croyance par un geste de nudité où la Vierge est remplacée par une femme de chair. « Pourquoi le miracle ne serait-il pas aujourd’hui qu’une femme puisse prendre la liberté de poser ce geste, sachant que dans certains pays, le même geste pourrait encore lui coûter la vie? » précise l’artiste afin de justifier un geste iconoclaste face à celle qui reste le modèle féminin le plus emblématique, le plus représenté, le plus connu et donc le plus exploité dans la religion catholique.

L’artiste voulait incarner tout autant Marie Madeleine, « femme libre et une autre figure emblématique qui a été diffamée, invisibilisée et dont l’image a été déformée » car trop ogresse face à l’asexuée Marie. L’artiste cherchait enfin à dénoncer l’exploitation d’une image devenue « le pilier économique de la cité mariale. » En incarnant ce modèle féminin – comme avant la Joconde ou l’anonyme de « L’Origine du Monde » l’artiste pensait inverser ainsi un point de vue à partir du regard des femmes. Cela est louable néanmoins Deborah De Robertis ne s’est-elle pas trompée de cible ?

Son geste iconoclaste sonne creux car il ne s’est pas forcément déroulé dans le lieu le plus adéquat. La grotte est l’espace où toute une misère du monde espère se ressourcer. Et ceux et celles qui étaient soumis à ce geste hérétique ne pouvait le comprendre – ce qui n’était pas le cas au Musée d’Orsay ou celui du Louvre. Il aurait fallu trouver un centre névralgique plus probant. Celui où les potentats de l’Église auraient été plus interpelés plus qu’une humanité douloureuse et qui n’en peut mais. Il y eut de la part de l’artiste du courage mais beaucoup d’inconséquences. De Deborah De Robertis il faut attendre mieux.

Image à la Une © Capture d’écran Instagram @deborah_de_robertis offical

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

1 Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.