Le Chien de Madame Halberstadt

Les risques du métier.

LIVRE « Le Chien de Madame Halberstadt » par Stéphane Carlier aux Éditions Le Tripode.

Stéphane Carlier possède quelques années de plus que son héros mais partage sans doute la même passion canine. Il est aussi – c’est ce qu’on espère – plus satisfait de sa vie que son personnage. Ce dernier a vu son dernier roman finir au pilon, sa compagne l’a quitté pour un dentiste et, à bientôt quarante ans, il est redevenu vivre près de sa mère. Tel un errant délaissant sa superbe il passe, dépressif, ses journées en survêtement.

Stéphane Carlier © Anay Mann, Cherche midi éditeur.

Il est sauvé néanmoins lorsque Madame Halberstadt, sa voisine de palier, lui demande de garder son chien quelques jours. D’abord rebuté par une telle compagnie tout va pourtant changer dès que « Croquette » entre chez lui.

Ce sixième roman de l’auteur est une réussite. Avec ce toutou pas snob Baptiste reprend du « chien ». Le carlin n’a pourtant rien d’un séducteur (bout de langue à l’air libre, pattes ridicules, absence de cou) et semble du genre à toujours sembler manquer d’air. Mais c’est l’idéal. Il suffit d’un être qui semble plus raté que soi et tout se métamorphose là où en creux l’auteur fait un portrait décapant de notre société dont le mordant n’est sans doute pas le bon.

Image à la Une © Éditions Le Tripode.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.