Ninfa profunda. Essai sur le drapé-tourmente

Hugo travailleur de l’amère.

LIVRE « Ninfa profunda. Essai sur le drapé-tourmente » par Georges Didi-Huberman dans la Collection Arts et Artistes aux Éditions Gallimard.

« Ignorer invite à essayer » écrit Victor Hugo, qui en dessinant ne se veut pas peindre. Et cette ignorance devient une force où « les patiences de l’évasion » vont créer une œuvre étrange. L’écrivain ouvre des serrures par de telles inventions graphiques avec leurs surabondances, exagérations et dramatisations.

Georges Didi-Huberman © Jean-Luc Bertini / Les Éditions de Minuit.

La métamorphose est perpétuelle. Elle souligne une énergie fondatrice qui émerge en traits noirs sur le fond blanc du vélin qui lui même fait trace. Victor Hugo invente de gigantesques coïts, des forteresses mobiles. L’informe produit des formes généreuses, proliférant dans l’amertume du flot « sans cesse pour ou contre, qui se nous que pour dénouer » (L’Homme qui rit) et dans la déchirure, le froncement, le clair obscur et le fracas auquel Hugo donne « chant » par l’encre et la picturalité.

Preuve que – comme il l’écrit encore et que Didi-Huberman reprend en exergue – « le sublime est en bas ». L’homme glisse sous la mer comme sous la femme entre dilatation et disparition dans un travail de naissance et de mort dans le travail immense et minutieux de « tribulations de la physionomie du mystère » souligné par Baudelaire chez Hugo.

La forme de l’informe absorbe l’extériorité pour un vertige des coordonnées spatiales et visuelles. Existe une météorologie intérieure non mesurable sinon par la vague là où la nuit comme l’eau remue. Existe là un « anthropomorphisme abstrait » (Warburg) là où la picturalité comme l’écriture « fait fuser les images » rappelle Didi-Huberman. Le défi du Hugo scripteur donc est emporté plus loin par l’élan des dessins et les « baisers frénétiques de ses vagues » sur les rochers dans une hystérie de la nature dont toute la série des Ninfa de l’auteur est un rappel initié par Warburg et en hommage à lui.

Image à la Une © Éditions Gallimard.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.