Roberta Bailey

Le retour au semblable.

Aux effluves discutables de la culture du fantasme Roberta Bailey préfère l’éprouve du réel tel qu’il est. La femme fut-elle « star » (Debbie Harris) sort du statut d’objet pour redevenir sujet. Au sein même de la fixité elle quitte l’engourdissement programmé par la publicité et les injonctions du marketing.

Blondie © Roberta Bailey.

La photographe crée un lieu d’images sourdes. Le monde émerge en même temps qu’il perdure dans tout se qui demeure de clartés considérées comme « déceptives ». Loin des cercles interlopes d’un paradis illusoire, l’image n’a plus besoin de flammes ou de feu. Elle se suffit à elle-même.

Blondie © Roberta Bailey.

Surgissent des forces pénétrantes sans ostentation. Demeure l’étrange hypnose des dysharmonies. Le regardeur est invité à retrouver le monde. C’est un délice pudique là où la figuration devient en sa frontalité crée une méditation qui n’a rien de superficiel par effet de radicalité.

Photographie à la Une © Roberta Bailey, Blondie.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment