John Armleder

Fluxus et après.

EXPOSITION « Hors sujet » de John Armleder du 18 janvier au 03 mars 2018 à la Galerie Joy de Rouvre, Genève.

Armleder se plait à parler de la « Théorie du Porridge » à propos de ses œuvres. Elle a été inspirée à l’artiste par Sylvie Fleury qui faisait référence aux tissus que Chanel avait elle-même appelé « porridge ». Ce sont ces assemblages de couleurs que l’on ne reconnaît pas bien. « Le porridge est une espèce de masse informe qui contient tout un tas de vertus que l’on a du mal à distinguer entre elles. » et l’artiste aime à reprendre cette référence. Mais n’est-ce pas pour mieux tromper les regardeurs et critiques qui prennent l’œuvre pour de la décoration.

John Armleder © Philippe Maeder.

C’est ne pas comprendre tout le travail de ruptures dans les images. Certes, iconoclaste et presque dadaïste, l’artiste revendique néanmoins une visée qu’il nomme « romantique ». Elle se retrouve en partie dans cette exposition même si – en digne descendant de Fluxus dont il fut un des créateurs – il ne réduit jamais l’art quel qu’en soit le genre à un formalisme.

Intéressé par la manière de couvrir une surface, Armleder ose tout jusqu’aux « accident non contrôlés » et le hasard en mélangeant des produits ou divers ajouts qui ne doivent pas l’être en utilisant tous les matériaux dont il dispose sans se préoccuper d’une « pureté » et du choix qui passe au second plan : « je pense que c’est la prise en charge de ce que l’on fait qui est déterminante » dit-il. Pour lui tout art demeure circonstanciel et tout travail reste le problème d’un moment.

Image à la Une © John Armleder.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.