John Armleder

Fluxus et après.

EXPOSITION « Hors sujet » de John Armleder du 18 janvier au 03 mars 2018 à la Galerie Joy de Rouvre, Genève.

Armleder se plait à parler de la « Théorie du Porridge » à propos de ses œuvres. Elle a été inspirée à l’artiste par Sylvie Fleury qui faisait référence aux tissus que Chanel avait elle-même appelé « porridge ». Ce sont ces assemblages de couleurs que l’on ne reconnaît pas bien. « Le porridge est une espèce de masse informe qui contient tout un tas de vertus que l’on a du mal à distinguer entre elles. » et l’artiste aime à reprendre cette référence. Mais n’est-ce pas pour mieux tromper les regardeurs et critiques qui prennent l’œuvre pour de la décoration.

John Armleder © Philippe Maeder.

C’est ne pas comprendre tout le travail de ruptures dans les images. Certes, iconoclaste et presque dadaïste, l’artiste revendique néanmoins une visée qu’il nomme « romantique ». Elle se retrouve en partie dans cette exposition même si – en digne descendant de Fluxus dont il fut un des créateurs – il ne réduit jamais l’art quel qu’en soit le genre à un formalisme.

Intéressé par la manière de couvrir une surface, Armleder ose tout jusqu’aux « accident non contrôlés » et le hasard en mélangeant des produits ou divers ajouts qui ne doivent pas l’être en utilisant tous les matériaux dont il dispose sans se préoccuper d’une « pureté » et du choix qui passe au second plan : « je pense que c’est la prise en charge de ce que l’on fait qui est déterminante » dit-il. Pour lui tout art demeure circonstanciel et tout travail reste le problème d’un moment.

Image à la Une © John Armleder.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Twitter
Visit Us
Follow Me
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.