The Big Pool

Ou l’art chloré.

La piscine de Saint-Gervais abrite une nouvelle œuvre, celle de l’artiste Étienne de Fleurieu. The Big Pool, création monumentale et revigorante entre onde et sommet.

Pour la petite histoire, tout commence par un trait. Ou plutôt, plusieurs traits… d’union, entre des artistes et une ville, une envie de faire du beau, d’y mettre de la couleur et beaucoup de créativité. Le collectif 2KM3 réunit 11 artistes et se veut une plateforme artistique alternative. Le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, a « confié les clés » de sa ville en 2017 pour un premier acte décisif et convaincant. Ces artistes français et européens prometteurs ont investi les lieux de vie au cœur de la cité. D’abord ce fut le parking sous-terrain du centre ville ; au total 12 000 m² de surface sur laquelle les artistes s’y sont donnés à cœur joie. Le résultat est édifiant ! Pour la deuxième édition de ce festival « d’art où on ne l’attend pas », ce sont le mur de la Poste, la piscine et les gares des télécabines du Bettex et du Mont d’Arbois qui font office de supports monumentaux. Un parcours artistique fait son chemin dans la cité du Mont-Blanc, l’air de rien.

De l’art local.

Pour la suite de cet acte II, les acteurs économiques locaux s’en mêlent. Aussi, les artistes travaillent en étroite collaboration avec des artisans régionaux pour répondre aux problématiques imposées par ces lieux originaux, contraints par la météo et le temps qui passe. On imagine alors tout ce petit monde se réunir et se creuser la tête pour trouver la bonne texture, l’encre infaillible, le matériau susceptible de défier les extrêmes. Des entreprises locales sont mises à contribution : Gosset-Janin, Quechua, Ligeon ou encore Jefco.

The Big Pool, une œuvre d’Étienne de Fleurieu.

Du fond de la piscine… au sommet du Mont-Blanc.

Le 09 novembre 2018 dernier, il s’agissait de vernir l’œuvre d’Étienne de Fleurieu, artiste français né en 1977 ; diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris, représenté par la Galerie du jour Agnès B. Ce n’est pas rien ! Ici, dans cette piscine, il s’éloigne de ses sentiers battus (vidéo, musique et installation) et « nage à vue ». Autant dire qu’il se mouille : « J’avais déjà réalisé pour l’acte I une création picturale ; de grands tirages pigmentés formant constellation ». L’œuvre a pris place sur le plafond menant au bassin. Celle qui nous est présentée ce soir, et tous les jours qui suivront, est monumentale (75 m²) : The Big Pool fait dialoguer deux éléments caractéristiques de Saint-Gervais : l’eau et la montagne. L’œuvre invite à la contemplation et invoque plusieurs thèmes, chers à l’artiste. Le silence, exprimé par des infrasons prenant la forme d’ondes sinusoïdales. Ces ondes suggèrent aussi la surface de l’eau, ici contenue dans une forme rappelant celle d’un bassin de piscine et la topographie du Mont Blanc. Tout y est, la prouesse technique, la poésie, l’idée. « Cela a constitué pour moi un véritable défi technique : la température ambiante est de 27°C, le taux d’humidité de l’air important… Nous avons trouvé le bon support (bâche pvc) et une encre tenace mais assez fluide pour évoquer l’onde… ». Onde de choc !

Image à la Une © Souhir Saadaoui.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.