Abstraction naturelle

Marcel Crozet, exposition du 1er au 12 juillet 2015, l’Orangerie du Sénat.

Lorsque l’on regarde les photographies de Marcel Crozet, on ne peut qu’être interpellé par elles. Qui pourrait s’imaginer que derrière ces figures abstraites se cachent en fait des traces laissées et sur lesquelles la nature et le temps ont fait leur œuvre ?

Tout part généralement d’une chasse au trésor, le photographe ne cherche pas à prendre des clichés à tout prix, il explore des zones urbaines, des lieux perdus ou laissés à l’abandon. Une portière incendiée, un mur de bêton dans une gravière abandonnée, un pare-brise éclaté, c’est un peu par hasard qu’il capte tel ou tel détail et qu’un minutieux travail de technicien commence. De la prise de vue à l’impression sur un support aluminium, rien n’est plus laissé au hasard.

La perception de nos sens est flouée, notre rapport au temps est interrogé tout comme notre regard sur l’environnement qui nous entoure. Voici un petit aperçu pioché parmi la soixante d’images exposées à l’Orangerie du Sénat.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.