Amélie Labourdette

Les ecomonstri italiens.

Exposition « Empire of Dust » d’Amélie Labourdette à la Galerie Thierry Bigaignon du 09 novembre au 23 décembre 2017.

D’Italie Amélie Labourdette ne rameute pas les vestiges du passé mais ceux du présent qu’elle intitule « ecomostri ». Il s’agit d’édifices contemporains laissés pour compte et en ruines avant même d’avoir été achevés. Des constructions publiques ou privées, certaines illégales, d’autres laissé à l’abandon faute d’argent, sont saisies selon un cérémoniel complexe à plusieurs ambitions.

Il y a là des villages, des complexes hôteliers, des morceaux d’autoroute, de ponts ou stades dont ne restent que les os. Ses fantômes de béton mettent en exergue certains maux italiens : blanchiment d’argent, détournement de fonds, activités mafieuses, mépris pour les biens communs. Mais le propos met le point sur un mal plus général : certaines décisions discutables équarrissent le paysage.

Laissés à l’abandon ces vestiges a priori sans charme ne forment pas forcément des chancres sur le paysage. À leur insu des enclaves créent un vide mais aussi des sculptures plus ou moins kitsch. Elles renvoient le paysage autant à une utopie qu’une dystopie. Amélie Labourdette les saisies en image poétiquement denses et violentes pour ce qui tient d’un land-art, de la science fiction, comme de l’art de la ruine de la  peinture romantique allemande façon Friedrich.

Photographie à la Une © Amélie Labourdette, Empire of Dust, Courtesy Galerie Thierry Bigaignon.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.