Annecy Cinéma Italien 2017

Un nouveau départ.

Festival Annecy Cinéma Italien du 25 septembre au 01 octobre 2017.

Hier soir, la grande salle de Bonlieu Scène nationale Annecy était en fête. Après l’ouverture de la 35ème édition par le maire adjoint d’Annecy en charge de la culture, Dominique Puthod, l’entrée en scène du nouveau Directeur Artistique du festival Francesco Giai Via, fut chaudement applaudie. Avec brio, simplicité et beaucoup de classe, il nous a annoncé que cette édition serait placée sous le signe de la nouveauté avec une cinématographie qui nous entraîne bien au-delà des frontières italiennes. Plus de 100 films, une soixante d’invités, des rencontres, des débats (réalisateurs, écrivains, producteurs…). La jeunesse est certainement  au rendez-vous lorsque l’on  jette simplement  un coup d’œil sur le contenu du catalogue et que l’on voit combien il fait la part belle à la nouvelle vague du cinéma italien en plein essor. Le festival en avait certainement besoin, il fallait lui donner un souffle nouveau, renouveler à la fois le choix des films et l’ouvrir en direction de jeunes auteurs parfois peu connus mais très prometteurs.

Ammore e Malavita.

Le choix du film d’ouverture en est l’exemple même : Ammore e Malavita de Antonio et Marco Manetti. Voilà une œuvre, présentée à la Mostra de Venise cette année qui en dit long sur le renouveau du cinéma italien. Il faudrait même préciser sur la comédie italienne voire la comédie musicale. Enlevé, totalement parodique, le film jette un regard à la fois ironique et amusé sur ce que nous avons retenu des belles années du cinéma transalpin mais en renouvelant les codes. Tout y est : La camorra et ses excès dans une Naples effervescente et colorée, le jeu excessif des acteurs qui vocifèrent ou s’entretuent, le rythme effréné des véhicules (motos ou 4×4 splendides) dans les ruelles encombrées de la ville. Enfin les sentiments amoureux et complexes parfois dans les amitiés masculines qui traversent les personnages. Tout ici flaire la parodie et l’autodérision.

C’est un cinéma qui ne se prend pas au sérieux et c’est ce qui a plu énormément au public venu nombreux assister à ce film d’ouverture dans la grande salle de Bonlieu. On a beaucoup ri, on a repris les couplets d’air connus de la chanson napolitaine ou autre, on a même esquissé quelques pas chorégraphiés dans la salle obscure, on a aussi crié devant tant de meurtres sanglants, de rebondissements imprévus et de fausses pistes. La caméra virevoltait et on se laissait entraîner, elle passait au ralenti, trop parfois, et on reprenait notre souffle mais aussitôt le plan suivant créait une situation nouvelle qui nous ravissait. Voilà donc un film qu’il ne faut pas rater sous peine d’être frustré quand il repassera au cours de la semaine de projection.

Soyez attentifs au choix des films, venez écouter les réalisateurs dans les couloirs de Bonlieu, prenez du plaisir à découvrir un jeune cinéma italien qui vous tend les bras et n’oubliez pas au passage de venir déguster un bon verre de prosecco en passant au bar du premier étage cela favorisera certainement le débat et la conversation.

Retrouvez toute la programmation de la 35ème édition d’Annecy Cinéma Italien au lien suivant.

Image à la Une © Emiliano Ponzi.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.