Artemisia Project

Une réflexion pluri artistique sur la femme d’aujourd’hui vue sous différents angles.

L’Artistique Théâtre vient de présenter, au Théâtre du Soleil, une œuvre forte, insolente, violente, impudique et exclusive sur la femme du XXIe siècle.
Artemisia Project, une performance articulée par la synergie d’un ensemble soudé sur le plateau qui s’investit dans la diversité des répertoires du spectacle vivant, la danse, le théâtre. La chorégraphie, une déclinaison contemporaine de l’importance accordée au corps, à la désarticulation du mouvement, à la façon dont le regard de l’artiste se pose sur l’engagement physique de ce corps confronté à des pulsions intérieures.

Lucile Cocito et Shaula Cambazzu sont à l’origine de l’écriture de cette création plateau, ont coréalisé la mise en scène et cosigné les chorégraphies. Guillaume Blanchard, Shaula Cambazzu, Lucile Cocito, Lohan Doumergue, Niko Martin, Shiraz Pertev sont les interprétes de Artemisia Project. Ils alternent à tour de rôle une galerie de personnages qui se révèlent acteurs, témoins et victimes de leur existence respective. Des rencontres qui s’identifient sur le mode je, tu, elle et il, nous, vous, elles et ils. Des anonymes croisés dans l’indifférence urbaine ou entrevus dans un reportage télévisé. Des voix écoutées sans y prêter attention à la radio ou ailleurs. Est-ce vraiment important dans ce tohu-bohu qui rythme et désorganise la vie des femmes et des hommes d’aujourd’hui ? Qui de l’homme ou de la femme arrive à garder la tête froide, malgré la pression sociétale qui pèse dans les esprits de Monsieur et Madame Toulemonde ?

La réalité montre que la femme est au cœur de tous les sujets évoqués par les médias, la condition de la femme occidentale, réfugiée, salariée, mère de famille, artiste, handicapée et la liste n’est pas exhaustive. Artemisia Project est une création engagée qui présente en plusieurs tableaux la femme déclinée au présent – pluriel. Un clin d’œil à la peintre italienne de la Renaissance, Artemisia. Dans le spectacle, Artemisia est une artiste qui élève seule ses deux enfants.

Artemisia Project © Artistique Théâtre.

La femme, femme publique.

Artemisia, Lucile Cocito, incarne une animatrice d’émission télévisée hebdomadaire qui propose à deux invitées d’échanger sur un thème d’actualité. Rencontres avec des femmes issues de la diversité sociale et ethnique. Agathe, une réfugiée Syrienne. La Ministre de la Culture. Une journaliste. Une Italienne engagée. Femmes de France, femmes d’Europe, femmes du monde. Des voix libérées, des voix déterminées, des voix exténuées.

La femme, mère de famille monoparentale.

Artemisia élève ses deux enfants, un ado qui revendique l’absence d’une mère, une fille, Henriette qui ne parle pas et s’exprime par la danse.  Artemisia est obsédée par la pastèque. Le corps accouche de pastèques, se libère d’un poids puissance trois, esquisse avec ces fruits une chorégraphie qui n’a pas de sens. Peut-être une façon de dénoncer l’injustice d’avoir mise au monde une fille qui communique uniquement par le mouvement.

Artemisia Project © Artistique Théâtre.

La femme, femme déterminée.

Le producteur de l’émission télévisée s’intéresse à Artemisia. Une nouvelle émission à proposer. Un diner intime pour en parler. Et qui sait ? Artemisia n’est pas dupe et fait preuve de réparties qui contrarient le producteur. Coucher pour réussir. Une atteinte à la faiblesse. Artemisia est de ces femmes qui portent la culotte avec caractère. Subtil cliché d’une parenthèse de vie qui agite toujours l’homme sous le nombril.

La femme, femme objet sexuel.

Familièrement, on dit que l’homme a une bite à la place du cerveau. Un service sexuel d’un genre nouveau. Une femme robotisée est exposée dans une vitrine mobile. Un code à composer, un choix à formuler et la nana s’exécute : je me touche, je suce, pénétration vaginale, pénétration anale. Le mec lubrique opte pour la dernière proposition. La femme, sombre objet de désir ou frustration à assouvir. Qu’ont les mecs dans le cigare pour ne pas voir plus loin qu’à 20 centimètres !

L’écriture d’Artemisia Project est une poésie envers à la condition de la femme. Un style où l’esthétique a l’apparence brute des mots et des formes. Une géométrie d’idées et de réflexions posées pour toucher l’affect.  La mise en scène, le prolongement intelligent et délicat de l’écriture. Les comédiens sont à la hauteur de l’exigence attendue. Artemisia Project, une création aboutie.

Image à la Une © Artistique Théâtre.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment