Benjamin Mecz

La flamme d’une chandelle.

Il est des artistes qui laissent un vide immense. Benjamin Mecz est de ceux là puisqu’il fut de ceux (rares) qui remettaient en cause les conditions et les réalisations de l’art par un travail de fond. Il choisissait souvent le textile et le vêtement pour leur valeur d’objet utilitaire, d’ornement, et de « reproduction » en série à la fois symbolique et sociale. À travers eux il composait une stratégie de remise en cause de deux fléau du monde (la notion de marque et celle de répétition à l’identique) et celui de l’art (le concept de signature qui privilégie l’identification au sujet).

Benjamin Mecz intégra une « trame » invisible entre l’usine de filage et le corps. Par ses diverses « coutures », accumulations, ouvertures et cassures il suggérait une possibilité à la fois d’assemblages et de déconstruction pour tenter de remonter ce que Bachelard nomma « la maison de l’être ». Par exemple, décousant des milliers d’étiquetages d’une même pièce textile, il les détourna de leur objet pour les recoudre sous forme d’une toile de tente et d’un sac de couchage.

Knulp © Benjamin Mecz.

Il a montré à la Biennale de Lyon 2015 son œuvre ultime : un radeau surmonté de flambeaux formant le mot « Knulp » – nom de vagabond du monde occidental de H. Hesse. La flamme de telles chandelles installées de manière périlleuse sur la Saône représentait la métaphore d’une liberté face à la société fondée sur la contrainte et la répétition. Il y eut là une confrontation périlleuse entre le cours du monde / fleuve et la lumière vacillante d’une âme libre.

L’artiste a ouvert des portes secrètes entre le moi et le monde, le vide et le trop plein. D’où cette sorte de théâtre d’objets repensés comme contre-feu à l’immense machine à décerveler du monde et ses habitudes réflexes. L’artiste vient d’être emporté bien trop tôt : mais sa mémoire continuera par son œuvre. Elle ne cessera d’habiter et de renaître loin des symphonies crépusculaires.

Photographie à la Une © Benjamin Mecz.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.