Daniel Mesguich

Retour à l’humilité.

Livre « Estuaires », aux Éditions Gallimard, hors-série Littérature, 2017.

Daniel Mesguich défend un retour à une mise en scène qui privilégie le retour au face aux délires d’une invention dramaturgique souvent prétentieuse qui offre à la « partition » théâtrale une image atrophiée. Il préfère un respect qui possède, paradoxalement une intensité poétique par le goût d’un « imaginaire hors représentation ».

Dans la diversité de ses textes l’auteur présente sous l’aspect politique et esthétique une vision en « resserrement ». Celui-ci n’est pas seulement une technique. Il met en cause l’image que le théâtre donne de l’être et du monde dans lequel il « évolue ». Le metteur en scène et pédagogue ne recherche pas un effet de réalité mais suggère que l’espace et le jeu scénique deviennent des fonctions d’un temps particulier où le temps habituel se perd, se dilue progressivement.

Mesguich, plutôt que de tirer des plans sur la comète, en appelle au travail et à la réflexion. Il revendique un retour au corps du texte et à celui du comédien face à ceux qui – en voulant passer par d’autres voies – ne font que du « Théâtre peu probable » (Beckett, Mal vu Mal dit).

Image à la Une © Éditions Gallimard.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.