Françoise Huguier

Séoul : la tradition offusquée.

Françoise Huguier « Virtual Seoul » à Polka Galerie. Paris du 10 septembre au 29 octobre.

Françoise Huguier sait être curieuse. Sa ballade à Séoul l’a entrainé autant dans les espaces traditionnels qu’au sein de la jeunesse de la nouvelle vague coréenne (« Hallyu »). Cette mode a vu la création de nombreux boys ou girls-bands lanceurs de la « K-pop » (Korean Pop) à l’assaut du monde entier. Elle est aussi à l’origine d’une mode qui fait la nique aux plus excentriques adolescents de Tokyo. Tout y devient encore plus baroque. Pour le montrer la photographe n’a pas hésité à franchir une (petite) porte d’un studio d’enregistrement des trois grandes firmes de la K-pop (presque aussi importantes que Samsung et Hyundai) pour shooter dans un superbe clin d’œil au « Marie-Antoinette » de Sofia Coppola le groupe féminin « La Boum » sponsorisé par une clinique de chirurgie esthétique…

Tea party chez Marie-Antoinette, Laboum, Séoul, Corée, 2015 © Françoise Huguier.

Tea party chez Marie-Antoinette, Laboum, Séoul, Corée, 2015 © Françoise Huguier.

Mais elle a su donner d’autres images tout aussi provocantes de la ville : scène dans un salon mortuaire, ballade dans des lieux mixtes où l’architecture moderne percute les vestiges du passé et où une jeunesse fashion croise les tenants de la tradition. Si parfois la libération du corps galope souvent elle reste parcimonieuse. Françoise Huguier s’en amuse. Mais non sans déférence. Elle illustre comment dans ses nouvelles folies Séoul à la fois se retient et s’ouvre. Les photos dessinent des mouvements d’un pays où le souffle tente de sortir en faisant abstraction de la contrée qui le jouxte telle une « noire sœur » propice aux arrêts et aux délires guerriers.

Photographie à la Une : Tea party chez Marie-Antoinette, Laboum, Séoul, Corée, 2015 © Françoise Huguier..

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment