Icônes

Entre poésie sonore et récit visuel d’un siècle au féminin.

L’Espace Malraux de Chambéry poursuit la saison en beauté avec la création Icônes qui raconte le siècle passé au féminin.

Le texte Elle regarde passer les gens de Anne-James Chaton paru aux Éditions Verticales en 2016 est placé au centre de la narration. L’écriture haletante et envoûtante de cet écrivain, plasticien et véritable performer, révèle alors toute sa poésie sonore.
Les phrases courtes, dépouillées, happent le spectateur dans une épure captivante.
Quelles grandes figures féminines du XXème a retenues la mémoire collective ? Elle(s) n’est jamais nommée. Certaines femmes se reconnaissent dès les premiers mots, d’autres un peu plus tardivement. Qu’importe, nous les connaissons toutes, c’est la mémoire collective qui fait le reste en puisant dans ses propres références, dans le rapport à l’Histoire et au monde.
Les anecdotes intimes ou du quotidien s’imbriquent dans les grands faits marquants du siècle et l’on peut perdre le fil en glissant sans presque s’en apercevoir de l’une à l’autres de ces femmes ; toutes ayant des liens insoupçonnés si ce n’est leur engagement artistique, littéraire ou encore politique qui revêt une modernité pour chacune dans leur époque.

Les Icônes de Anne-James Chaton sont portées par de véritables icônes de plateau avec la chorégraphe Phia Ménard, le danseur François Chaignaud et le musicien Nosfell ; chacun d’entre eux nous entrainant dans une partie du XXème.
Nous plongeons dans le siècle avec Phia Ménard, étrange statue de bronze vivante, vêtue d’une combinaison et d’un casque qui se meut sous et autour d’un tissu recouvrant le plateau. L’univers unique de Camille Claudel est alors propulsé sur scène dans une plastique étonnamment belle tout en se retrouvant confrontée par le récit aux profonds changements, bouleversements ou atrocités de cette époque – de la Grande Guerre aux Années folles.
François Chaignaud, artiste multi-facettes, ébloui par son interprétation d’une chanteuse sur une musique composée par Nosfell. Nosfell qui lui-même conclut le siècle au travers de son univers musical singulier.

Icônes retracent trois périodes de l’Histoire interrogées par une collaboration artistique inédite, transdisciplinaire et transgenre, qui nous confrontent au passé tout en nous propulsant dans le présent et l’avenir : quelles sont et serons les figures marquantes, qu’en tirons-nous ? une matière à réflexion pour chacun.

Prochaines dates :

  • Le 28 avril 2016 à L’Espace Malraux de Chambéry.
  • Les 10 et 11 mai 2016 à La Filature de Mulhouse.
  • Les 24 et 25 mai 2016 à la MC2 de Grenoble.

Photographie à la Une © Yannick Perrin.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

2 Comments

  • Répondre novembre 29, 2016

    DFS | Carnet d'Art

    […] des créations de François Chaignaud en solo comme Dumy Moyi ou dans des collaborations comme Icônes, avec Phia Ménard et plus récemment Radio Vinci Park avec Théo Mercier. Là, la voix si […]

  • […] et âme – monstre qui rappelle cette sorte de magma dans lequel évoluait Phia Ménard dans Icônes – on assiste à une première mort. S’en suit un retour à la vie, dans un endroit encore plus […]

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.