La fiancée du désert

FILM « La fiancée du désert (La novia del desierto) » par Cecilia Atán et Valeria Pivato.

Le cinéma chilien nous offre pour ces 13e Images Hispano-Américaines un choix assez large de sa cinématographie. Les films proposés sont à la fois riches et divers. La fiancée du désert fait partie de ces pépites qui nous ravissent.

C’est une œuvre tendre et touchante dont l’héroïne Teresa, interprétée par l’éblouissante Paulina Garcia, envahit l’écran. Elle est de toutes les scènes : perdue dans l’immensité et la beauté du désert chilien après son renvoi de la famille qui l’employait, tenace dans son désir de retrouver son sac et le forain qui le lui a pris. Libérée enfin de ses contraintes ancillaires. Le chemin qu’elle va emprunter sera long mais libératoire.

 

Comme une héroïne de conte il lui faudra passer des épreuves : celle de la tempête qui se lève dans le désert, celle de la découverte d’un monde de forains qui lui est inconnu, enfin celle de la rencontre amoureuse pour ce forain vieillissant et loufoque qui la transforme et la révèle à son statut de femme. Ce chemin initiatique, nous le suivons avec elle qui peu à peu s’ouvre au monde alors que la vie étriquée qu’elle a connue s’éloigne de plus en plus. Chaque jour pour elle devient un jour différent et heureux.

Bien entendu le décor immense du désert, personnage central du film, participe grandement à cette transformation, lui ouvre des horizons inconnus. La caméra de Cecilia Atán et Valeria Pivato, par d’époustouflants panoramiques sur ces terres arides, nous emporte dans un monde quasi fantastique où le rêve est possible et le bonheur à porté de main, mais le chemin est encore long pour Teresa qui fixe l’horizon sans fin et interroge son destin.

Image à la Une © Memento Distribution

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Follow by Email
Instagram

Be first to comment