L’Auditorium Seynod 2018-2019 . 1e partie de saison

PRESCRIPTIONS CULTURELLES

Risquez l’humain dans les mots, accrochez le geste, désirez l’inconnu pour s’enivrer ensemble de toutes les poésies durant la saison de L’Auditorium Seynod.

L’Auditorium Seynod, Scène Régionale Auvergne-Rhône-Alpes, est une salle à dimension humaine accueillant des spectacles de qualité. La sélection suivante, sur la première partie de saison, reflète une programmation à la fois exigeante et accessible à tous les publics en mêlant théâtre, musique et danse.

Les Fileuses, la porte et le messager.

Compagnie en résidence à L’ Auditorium Seynod, le Théâtre de l’Esquisse interroge le langage théâtral, ses codes et travaille avec des artistes en situation de handicap mental. Mis en scène par Gilles Anex et Marie-Dominique Mascret, ces comédiens aux personnalités très diverses et aux tempéraments singuliers mènent le public dans des propositions tout aussi justes et délicates que poétiques et faisant sens. Les fileuses, la porte et le messager aborde les notions d’héritage et de transmission en s’aventurant dans les plis du temps. Prenant comme prétexte la rupture que peut constituer un déménagement, cette création interroge sur ce qui s’oublie du passé, sur ce qui se garde au fil des générations et sur ce qui participe donc à la construction d’un futur, d’une nouvelle donne.

L’Homme hors de lui.

Dominique Pinon, accompagné du comédien Richard Pierre et de l’accordéoniste Christian Paccoud, donne corps et voix aux mots de la dernière création de Valère Novarina. Chaque fragment de texte de cet artiste inclassable, à la fois peintre, metteur en scène et auteur, reflète un ensemble en perpétuel mouvement qui attire le spectateur dans un univers tout à fait singulier. Valère Novarina et Dominique Pinon se connaissent bien ; le comédien a collaboré à plusieurs spectacles comme L’ Acte inconnu ou L’ Origine rouge, tous deux créés lors d’éditions passées du Festival d’Avignon. Dans L’ Homme hors de lui, Dominique Pinon incarne différentes possibilités pour être humain dans une proposition qui va au-delà des conventions.

Manu Katché & Alfio Origlio Quartet.

Ayant joué avec les grands noms de la chanson française comme Jean-Jacques Goldman, Michel Jonasz, Laurent Voulzy et bien d’autres, Manu Katché a acquis une renommée internationale après avoir accompagné le chanteur britannique Peter Gabriel pour son album So en 1986. Il a multiplié les collaborations à l’international avant de se lancer dans le jazz en tant que compositeur et interprète. Manu Katché propose ici un concert intimiste, en Quartet, avec des musiciens complices, pour un set autour de ses compositions et celles d’Alfio Origlio, reconnu par ses pairs comme l’un des meilleurs pianistes de jazz de la scène française.

Casimir et Caroline.

La Compagnie Demain dès l’Aube, dirigée par Hugo Roux, est en résidence à L’ Auditorium Seynod. Pour sa nouvelle création, le metteur en scène s’empare de Casimir et Caroline d’Ödön von Horváth. Bien que l’action s’inscrive dans la période de l’entre-deux guerres, cette pièce trouve un écho particulièrement contemporain dans le regard critique qui est porté sur la société.

André Ceccarelli Quartet.

Dans le cadre du Festival JazzContreBand, le Quartet formé d’André Ceccarelli à la batterie, Diego Imbert à la basse, Pierre-Alain Goualch au piano et David Linx au chant présente leur dernier album 7 000 miles. Sur une musique de Ryuichi Sakamoto, le titre éponyme s’inscrit comme le point central de ce projet en transcrivant la tension politique ou métaphorique entre Est et Ouest, entre Occident et Orient comme une sorte de bilan universel qui mène à la rélfexion.

Forward.

Beaver Dam Company est une compagnie de danse contemporaine franco-suisse, en résidence à L’ Auditorium Seynod, sous la direction artistique d’Edouard Hue. Après Into Outside et Meet me halfway, le chorégraphe fait le choix de réinterroger les fondamentaux de sa danse dans un solo expérimental. Forward voit s’incarner le combat de l’être en recherche d’évolutions et de changements pris dans une atmosphère instable et déconstruite de laquelle il cherche à s’extirper pour aller de l’avant.

Image à la Une © L’Auditorium Seynod.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.