Songe d’une nuit

Songe d'une nuit

Une nuit aux Trésoms.

20h00.

Devant cet imposant bâtiment ocre, l’imaginaire se met en branle. Je pense à ces immenses hôtels américains, perdus au milieu des plaines et forêts du pays de l’oncle Sam. La porte s’ouvre, je suis accueilli par un « Bonjour Monsieur, soyez le bienvenu, je vous laisse me suivre et me permets de vous précéder ». Nous traversons le hall, lustre imposant, puis le salon, fauteuils clubs comme j’ai toujours rêvé d’en avoir, puis le couloir, miroirs gigantesques… Nous arrivons dans la salle du restaurant, la Rotonde comme ils la nomment. Panorama impressionnant sur la belle ville d’Annecy qui commence à s’illuminer. J’ai l’impression de pouvoir plonger dans le lac depuis la table qui m’a été réservée. Je fais confiance au chef, Éric Prowalski, je choisis le menu découverte. Arrive alors une succession d’assiettes accompagnées de leurs vins. Envahi par un frisson physique, mes papilles se dilatent. À chaque présentation de plat je rencontre l’éleveur, le chasseur, le pêcheur, l’agriculteur, le cueilleur… Je sens la flamme du piano de cuisson du chef, la chaleur de son four, je goûte l’amour et la passion de toutes ces heures, ces années passées à prendre soin du produit, le sélectionner, le travailler, le présenter. Le chef arrive avant le dernier dessert, « Merci pour ce moment chef, je n’ai pas découvert… J’ai voyagé ».

Songe d'une nuit

Songe d’une nuit

Je ne veux pas sortir de ce monde sensoriel et baroque, par la beauté du lieu, la finesse des relations humaines et l’audace de la cuisine, je demande alors une chambre. Arrivé devant la porte, je savoure chaque seconde, les couleurs sont chaudes, je me sens chez moi, plongé dans les années trente confrontées à l’excellence du monde contemporain. Nostalgie heureuse d’une époque que je n’ai pas vécue. De la fenêtre je peux voir le monde sans que le monde ne me voie. Cette soirée a réussi à me plonger dans une profonde intimité. Je n’avais même pas imaginé cela possible. Mon corps se détend, je m’endors paisiblement. Non, ce n’était pas un rêve, je crois que je suis tombé amoureux.

Antoine Guillot

Directeur de Publication / Auteur / Metteur en scène

1 Comment

  • […] sans oublier l’art de vivre et la gastronomie comme vous pouvez le voir dans l’article Songe d’une nuit. Le lecteur est invité à réfléchir, à ouvrir son esprit, à partir à la rencontre de […]

Leave a Reply