Théâtre de Saint-Gervais 2016/2017

La programmation du Théâtre Saint-Gervais de Genève réalisée par Philippe Macasdar, s’inscrit dans la transdisciplinarité au travers de pièces de théâtre, lectures, expositions et autres temps forts durant l’année.

Ivanov d’Émilie Charriot.

Après King Kong Théorie, pour sa deuxième mise en scène, Émilie Charriot s’empare d’Ivanov de Tchekhov, auteur russe fascinant par la manière dont il a abordé avec une grande justesse les rapports humains. Ivanov, c’est un peu le drame d’un monsieur tout le monde, un anti héros, confronté au temps, à la maladie, à l’amour impossible… Dans un monde contemporain en transition, la metteure désire monter le texte de son point de vue de femme, interrogeant la notion d’individu sur sa difficulté à faire des choix, à vivre et à aimer.

23 rue Couperin de Karim Bel Kacem.

En 2013, Milo Rau a invité Karim Bel Kacem à prendre part à Civil Wars, premier volet d’une trilogie qui porte sur l’engagement des jeunes européens dans le conflit au Moyen-Orient. Durant son enfance, Karim Bel Kacem a habité dans le « Pigeonnier », un quartier répertorié comme « sensible » par le gouvernement. Dans ce quartier les rues portaient toutes le nom d’un compositeur célèbre. Est-ce que cette toponymie aurait une vocation sociologique, comment revenir sur des décennies d’urbanisation sans réelle vision, que comprendre d’une jeunesse laissée à son sort ? c’est tout l’enjeu de cette pièce.

Libertés prisonnières d’Isabelle Maurer et Christiane Perregaux.

Dans le cadre d’Ici c’est ailleurs, cette exposition de photos et vidéos témoigne de la résistance culturelle du peuple sahraoui. Depuis 40 ans, plus de 150 000 hommes et femmes ayant fui le conflit territorial opposant le Maroc au Front Polisario (Front de libération du Sahara occidental) survivent dans des camps de réfugiés. Une exposition sur des faits trop méconnus, à voir.

Mémoires blessées.

Née en 2009, Mémoires blessées est un des temps forts de la saison de Saint-Gervais. Avec la nécessité de (re)raconter toutes les histoires, toutes les mémoires, cette 9ème édition se déroule entre lectures théâtrales, installations, soirées spéciales, etc.

Le rapport Bergier.

Cette lecture théâtrale menée par José Lillo reprend le rapport de l’historien lausannois Jean-François mandaté il y a 20 ans par la Conseil fédéral pour enquêter sur l’attitude des autorités suisses durant la Seconde Guerre mondiale, et les liens entretenus avec l’Allemagne nazie. Ce rapport, n’ayant été que trop passé sous silence, a été transposé et traduit avec des mots simples par José Lillo qui livre avec cette lecture une réflexion nécessaire dans la mémoire collective.

Obsession(s) – Une histoire des Comores.

Les Comores… un archipel de l’océan indien est scindé entre trois îles qui ont obtenues leur indépendance et Mayotte, département région d’outre-mer français et région ultrapériphérique de l’Union européenne. Depuis 1995 et l’introduction du « visa Balladur » interdisant aux habitants des autres îles de rallier librement Mayotte, des embarcations clandestines sombrent. Bien loin de la métropole et très peu évoqué dans la mass-média, Jérôme Richer et l’auteur comorien Soeuf Elbadawi présentent un dialogue autour de ce drame migratoire.

L’ensemble de la programmation est disponible sur le site du Théâtre Saint-Gervais.

Et découvrez la vidéo réalisé par Christophe Billeter, ancien programmateur du cinéma Spoutnik, pour la présentation de saison.

Image à la Une © Vincent Fesselet.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Kristina D'Agostin

Rédactrice en chef de Carnet d'Art • Journaliste culturelle • Pour m'écrire : contact@carnetdart.com

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.