Les tours de Babelwesh

Grands ensembles glaciaux qui grattez les nuages,
Fûtes-vous inspirés par Nemrod le chasseur,
Véritable opposant, comme disait l’adage,
Qui se bâtit un nom fait d’argile et d’aigreur.

Un chemin de bitume et des nids de béton,
Chef-d’œuvre d’un comptable aidé d’un géomètre,
Accueillant l’ouvrier et le doux nourrisson
Qui n’aurait pas rêvé d’un tel couffin pour naître.

La banlieue qui travaille a trouvé sa demeure.
Elle dort, elle rit, partage ses couleurs,
Amène de la vie à ces murs sans rondeurs,
Heureuse mélodie délestée de ses peurs.

Mais le temps, en tyran, va changer son tempo.
Le quartier est souffrant, il a mal à ses tours.
Le travail qui s’éteint, et les quelques boulots
Rappellent qu’on a tué la nature alentour.

Les rides sur les murs, maquillées à la bombe,
Ont vieilli la cité qui veut sécher ses pleurs.
L’on n’y respire plus, et en guise de tombes,
Les trottoirs endeuillés laissent germer leurs fleurs.

La jeunesse, blasée, s’invente son langage.
On lui donne un terrain pour éduquer son corps.
Les fous rires, parfois, laissent place à la rage,
Certains gagnant leur vie grâce à l’import-export.

Je viendrai visiter les tours de Babelwesh,
Arpentant leurs couloirs quand le loup n’y est pas,
Tenterai d’éviter d’y allumer la mèche
Quand les guetteurs, assis, demandent « qui va là » ?

Peut-être, percevrai-je, y allant promener,
Une douce lumière avançant vers demain,
Mes tours de Babelwesh en palais transformées,
Les cultures unies vivant main dans la main.

Photographie © Laurence Chellali.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.