Une mite sous la semelle du Titien

« Lambiner » dit-il.

RECUEIL DE POÉSIE « Une mite sous la semelle du Titien » par Lambert Schlechter, aux Éditions Tinbad, 120 pages, 16€.

Il faut se méfier des titres. Ici sous une certaine emphase se cache des aveux cachés qui sentent moins l’encaustique des musées que des sucs plus humains. L’auteur y évoque par exemple une amoureuse – ensuite haïe – mais qui sut faire tout le nécessaire pour lui accorder certaines pamoisons même lorsqu’il parcourait avec elle des routes alpines à 120 à l’heure. Bref l’auteur s’intéresse aux « choses vitales et indispensables ». Mais il y a aussi Véronèse ou Renoir pour les yeux, Keats ou Omar Khayyam pour l’intellect et Marin Marain ou Haydn pour les oreilles. Mais pas que. À chaque fragment son auteur. C’est dire si l’éventail est large. Mais l’auteur ne s’arrête pas en si bon chemin : « Une petite brise [qui] faut trembler un tilleul » peut parfois suffire.

Lambert Schlechter, écrivain, philosophe et poète luxembourgeois © Katia Feltrin (2005).

Sans véritable trame le texte se trame dans un appétit où la sensualité est rarement absente et de tout acabit. La « lambinure » de l’auteur avance au gré des épisodes. Il y a là bien des dérives souvent drôles qui mettent les points sur les « i » de l’existence, sa vérité et les mensonges qui permettent de la supporter. Car s’il faut que le corps exulte, le mental à besoin d’imaginer ce qui semble absurde mais qui fait que la vie va.

Image à la Une © Éditions Tinbad.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email
Instagram

Be first to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.